Les Bourses européennes ouvrent en hausse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en hausse, comme prévu, vendredi en ouverture, améliorant leurs gains de la veille, encouragées par la progression de Wall Street jeudi et un regain du goût du risque après l'injection massive de liquidités de la BCE mercredi.

Paris affiche une petite hausse en ouverture, avec un gain de 0,17% de l'indice CAC 40. Francfort progresse de 0,02% et Madrid de 0,53%, tandis que l'Eurofirst 300 gagne 0,20%.

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse vendredi, dans le sillage de Wall Street, mais sans avoir pu franchir d'importantes barres de résistance.

Les marchés boursiers avaient fini en hausse jeudi, de part et d'autre de l'Atlantique, mais des doutes sérieux sont nourris par les investisseurs à l'égard d'une tendance qui pourrait se retrouver remise en question par la hausse des cours du brut, un frein potentiel à la croissance.

Les banques aident les places européennes à inscrire un plus haut d'une semaine dans les premiers échanges.

L'indice des bancaires prend 1,1%. Cet indice, qui a réalisé la plus mauvaise performance en 2011 avec une perte de 32%, gagne 19% depuis le début de l'année.

L'attention des investisseurs sera accaparée par le sommet européen qui a débuté jeudi et se termine ce vendredi. Ce sommet est dominé par le débat entre croissance et austérité et a donné son feu vert conditionnel à une nouvelle aide financière à la Grèce.

Aux valeurs, Areva est quasiment inchangée (-0,03%). Areva a publié jeudi des résultats 2011 plombés par de massives dépréciations d'actifs et s'est dit déterminé à poursuivre la mise en oeuvre de son plan stratégique à l'horizon 2016.

Dans le secteur des télécom, le titre Belgacom recule de plus de 4% après que l'opérateur belge a dit que la baisse de son bénéfice brut s'accélèrerait en 2012.

Les futures de Bund sont en hausse en ouverture, les emprunts périphériques de la zone euro paraissant exposés à des prises de bénéfice. Le rendement à des obligations italiennes à dix ans est ainsi repassé juste au-dessus de la barre de 5% après être passé jeudi sous cette barre pour la première fois depuis août dans la foulée de l'injection à trois ans de la BCE.

Le yen recule sur un large front, et tutoie un plus bas de neuf mois contre le dollar, en raison de ventes par des importateurs japonais. Les cambistes ont également en ligne de mire des seuils de déclenchement d'ordres stop.

La monnaie nippone reste affectée par la détente monétaire inattendue de la Banque du Japon en février, tandis que le dollar tire parti du fait que le président de la Fed Ben Bernanke n'ait en rien laissé entendre qu'il était disposé à assouplir encore sa politique monétaire pour stimuler l'économie.

Les futures pétroliers sont en recul et le baril de Brent en particulier se retrouve à moins de 126 dollars, en deçà d'un pic de 11 mois, les traders craignant moins une perturbation des approvisionnements saoudiens et la demande des pays occidentaux étant susceptible de baisser sensiblement avec l'arrivée du printemps.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant