Les Bourses européennes ouvrent en hausse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN HAUSSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN HAUSSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en hausse mercredi en ouverture, après leurs fortes pertes de la veille, soutenues par l'engagement apparent de la Réserve fédérale à poursuivre sa politique de soutien à la croissance.

Mais les inquiétudes liées aux législatives italiennes risquent de limiter les gains. Aucune alliance politique n'apparaît en effet en mesure de constituer un gouvernement stable, au terme d'un scrutin marqué par la poussée des plates-formes anti-européennes de Silvio Berlusconi et de Beppe Grillo.

Le président de la Fed Ben Bernanke est venu mardi calmer les inquiétudes suscitées par le compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed, document dans lequel était évoquée une possible fin prématurée de l'actuel programme d'assouplissement quantitatif (QE3) en cours.

Ben Bernanke a vigoureusement loué le "QE3" de la Fed au Congrès, en assurant que ses avantages restaient nettement supérieurs à ses inconvénients.

Dans les premiers échanges, le CAC 40 gagne 0,57% à 3.642,49, le FTSE avance de 0,25% et le Dax progresse de 0,45%. L'indice EuroSTOXX 50 gagne 0,47%. L'indice de la Bourse de Milan, en forte baisse mardi, reprend 0,4%.

Plusieurs sociétés européennes ont publié leurs comptes en début de matinée. EADS a annoncé mercredi anticiper une nouvelle amélioration de sa rentabilité en 2013 portée par des livraisons record de sa filiale Airbus, le programme du futur long-courrier A350 demeurant le seul risque potentiel majeur du groupe européen d'aérospatiale et de défense.

L'action prend 4,2% en ouverture.

Bouygues a annoncé mercredi s'attendre à dégager un chiffre d'affaires quasiment stable cette année après une croissance supérieure aux attentes du groupe en 2012, grâce à la bonne tenue des activités BTP qui devraient compenser les difficultés persistantes de la branche télécoms depuis l'arrivée de Free (groupe Iliad) sur le marché.

Anheuser-Busch InBev, le premier brasseur mondial, a prédit mercredi un début d'année difficile aux Etats-Unis et au Brésil après avoir enregistré un bénéfice en légère baisse au titre des trois derniers mois de 2012.

L'action perd plus de 1% et pèse sur l'indice sectoriel qui recule de 0,6%.

Le bénéfice net de Swiss Life a chuté de 85% en 2012, une lourde dépréciation sur sa filiale allemande de conseil ayant grevé un solide résultat des investissements. L'action prend 4% en ouverture.

Sur le marché des changes, le yen conserve pour le moment son avantage sur le dollar et l'euro dans un marché des changes où les cambistes attendent une adjudication de papier italien à cinq et 10 ans dans le courant de la journée pour se faire une idée de l'évolution prévisible de la monnaie unique européenne.

Les coûts de financement de l'Italie ont fortement augmenté mardi à l'issue de législatives n'ayant pas dégagé de majorité claire.

Dans l'attente de l'adjudication italienne, les futures sur le Bund améliorent encore, en début de journée, leurs gains déjà copieux accumulés depuis le début de la semaine.

Le marché s'interroge sur l'avenir de l'ambitieux programme de réformes italien, visant en particulier à réduire un endettement énorme, après les législatives, une incertitude qui profite à des emprunts bien mieux notés, comme les Bunds allemands.

Sur le marché pétrolier, tenté lui aussi de monter grâce à Ben Bernanke mais échaudé par la question italienne, le Brent progresse vers les 113 dollars le baril, tandis que le brut léger américain tutoie les 93 dollars le baril.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant