Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
OUVERTURE EN BAISSE DES MARCHÉS EUROPÉENS
OUVERTURE EN BAISSE DES MARCHÉS EUROPÉENS

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi dans des marchés prudents avant la publication dans l'après-midi du rapport sur l'emploi de novembre aux Etats-Unis, tandis que des prises de bénéfices pèsent sur les cours du pétrole.

Les investisseurs sont également nerveux dans la perspective du référendum constitutionnel en Italie et de l'élection présidentielle en Autriche dimanche.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 1,11% à 4.510,14 points vers 08h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 1,07% et à Londres, le FTSE cède 0,98%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 1,19%, le FTSEurofirst 300 1,02% et le Stoxx 600 1,18%.

La Bourse de Milan recule de 1,12% de son côté avec ses banques.

Le référendum italien, qui doit décider d'une réforme constitutionnelle, dépasse le seul avenir politique du président du Conseil Matteo Renzi et fait peser une menace sur l'ensemble du secteur bancaire du pays et au-delà sur la zone euro, qui voit ressurgir le spectre d'une nouvelle crise.

L'Autriche pourrait quant à elle devenir dimanche le premier pays de l'Union européenne à élire un chef d'Etat appartenant à l'extrême droite.

Sur le plan sectoriel, l'indice des ressources de base (-2,46%) accuse la plus forte baisse en Europe, affaibli notamment par une poursuite des prises de bénéfices sur le cuivre qui a beaucoup profité de l'élection de Donald Trump et de son programme de grands travaux.

Le secteur technologique (-1,66%), dans le sillage du Nasdaq jeudi, et celui de l'énergie (-1,44%), qui suit l'évolution du baril de brut, pèsent aussi sur la tendance.

Le baril de Brent consolide après avoir atteint un pic de 16 mois jeudi, l'optimisme après l'accord de réduction de la production de l'Opep et de la Russie ayant cédé la place aux interrogations sur sa mise en place. Les analystes n'écartent pas l'éventualité que certains membres de l'Opep ne respectent pas les quotas qui leur ont été assignés. Sur le marché des changes, le dollar marque aussi une pause, après avoir atteint un plus haut de neuf ans et demi face au yen, avant le rapport sur l'emploi américain qui pourrait diriger la tendance des prochaines séances.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient en moyenne 175.000 créations de postes le mois dernier après les 161.000 annoncées pour octobre, avec un taux de chômage stable à 4,9%.

De bons indicateurs publiés américains, notamment sur l'activité manufacturière et les dépenses de construction publiés jeudi, ainsi que le plan massif de relance de la croissance de Donald Trump et l'accord de l'Opep qui pourrait soutenir durablement les cours du pétrole, renforcent les anticipations de relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale ce mois-ci et au-delà.

Les marchés estiment à 91% la probabilité que le Fed décide d'une hausse de taux lors de sa prochaine réunion des 13-14 décembre.

"Nous avons eu une longue série de bons indicateurs aux Etats-Unis et le marché commence à intégrer, avec une plus grande certitude, des hausses de taux plus énergiques de la Fed", dit Christopher Moltke-Leth (Saxo Capital Markets).

"C'est un sujet de préoccupation pour les actions."

Aux valeurs, Klépierre s'adjuge 1,8%, plus forte hausse de l'EuroFirst 300, alors que Kepler Cheuvreux et Barclays sont passés à l'achat sur le titre.

Aixtron en revanche chute de 6,3% à la suite d'une information selon laquelle l'administration Obama s'apprête à bloquer la cession de l'équipementier des semi-conducteurs allemand au chinois FGC.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant