Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE ROUGE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE DANS LE ROUGE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi, victimes de quelques prises de bénéfices comme en Asie et aux Etats-Unis, dans un marché où l'attention sera focalisée sur la première adjudication italienne de dette à long terme depuis que Fitch a abaissé sa note de crédit.

Rome va émettre jusqu'à 7,25 milliards d'euros de dette à trois, cinq et 15 ans, moins d'une semaine après la décision de Fitch de ramener sa note de A- à BBB+. Une adjudication, mardi, de dette à court terme avait produit des rendements en hausse.

Les investisseurs attendent également les chiffres de la production industrielle en zone euro en fin de matinée, puis les ventes de détail aux Etats-Unis en début d'après-midi.

À Paris, le CAC 40 perd 0,25% à 3.830,84 points vers 9h30. À Francfort, le Dax cède 0,12% et à Londres, le FTSE recule de 0,52%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 affiche une perte de 0,3%.

Les inquiétudes sur la poursuite des réformes en Italie après les élections qui ont débouché sur un blocage politique ont pesé sur la Bourse Milan, qui a perdu 11% depuis son pic atteint en janvier, alors que Paris et Francfort viennent d'atteindre des niveaux records sur plusieurs années.

"L'Italie est toujours un risque sérieux et si les rendements (italiens) remontent, cela pourrait faire dérailler le rally boursier en Europe. Tant que l'on n'aura pas une idée claire de la situation dans le pays, il est difficile d'être haussier sur les actions", dit un trader.

D'un point de vue graphique, certains analystes s'attendent à ce que la pause soit rapidement suivie d'une reprise du mouvement de hausse vers de nouveaux records.

"Les (récentes) consolidations restent très faibles. Le 'danger' pour certains investisseurs est toujours de ne pas participer au rally en cours et d'être obligé de rentrer à l'achat sur tout type de repli, alimentant encore plus la dynamique haussière", écrit Gérard Sagnier, chez Aurel BGC. "Le potentiel de 10% de hausse avant deux mois n'est pas à exclure.

A Milan, Enel perd 4%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50. Le premier groupe italien de services aux collectivités prévoit un tassement de son bénéfice opérationnel cette année en raison d'une baisse de la demande dans ses principaux marchés.

L'espagnol Inditex, propriétaire de l'enseigne Zara, cède 4% également, après la publication de ses résultats 2012.

A Zurich, Adecco recule de 4,2%. Le numéro un mondial du travail temporaire a proposé de maintenir son dividende 2012 au même niveau que 2011, après la publication d'un bénéfice net du quatrième trimestre inférieur aux attentes du marché.

Thomas Cook bondit de plus de 13,5% après avoir annoncé son intention d'augmenter son bénéfice de 350 millions de livres (400,5 millions d'euros) d'ici 2015, via des baisse de coûts et des fermetures de magasins, pour se concentrer sur les ventes via internet.

Sur le marché des changes, le yen poursuit son rebond sur ses plus bas de 3-1/2 contre le dollar, victime de prises de profits sur le dollar des investisseurs qui avaient parié massivement contre la devise japonaise au cours des dernières semaines. Toutefois le yen pourrait rapidement retomber dans l'attente de mesures accommodantes de la Banque du Japon.

Le Brent se stabilise avec le reste des actifs à risque, mais la perspective d'une demande mondiale soutenue et la baisse surprise des stocks de pétrole aux Etats-Unis maintiennent le baril au-dessus des 109,50 dollars.

Juliette Rouillon pour le service français, avec la contribution de Blaise Robinson, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant