Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse mercredi, la crainte d'un resserrement monétaire anticipé aux Etats-Unis déstabilisant quelque peu les investisseurs européens, tout comme leurs homologues américains la veille, dans un contexte géopolitique par ailleurs fort troublé.

Le sentiment que la Fed pourrait amorcer le resserrement monétaire plus tôt que les marchés ne l'anticipent, et qui se fonde sur un rapport publié par la Fed de San Francisco, a provoqué une hausse des rendements obligataires américains et par contrecoup du dollar qui reste soutenu - quoiqu'en léger retrait - autour d'un pic de 14 mois face à un panier de devises.

Quelques minutes après l'ouverture, le CAC 40 cède 0,05% à 4.450 points. À Francfort, le Dax laisse 0,35% et à Londres le FTSE perd 0,07%%. L'indice EuroStoxx 50 lâche 0,17% et le FTSEurofirst 300 0,16%.

Les pays de l'Union européenne doivent discuter mercredi de la mise en place du nouveau train de sanctions adopté lundi à l'encontre de la Russie, accusée d'alimenter l'instabilité dans l'est de l'Ukraine.

Les Etats-Unis mettent également la dernière main à de nouvelles sanctions.

La plupart des indices sectoriels sont en baisse, au premier rang desquels ceux de l'automobile (-0,61%) et des technologiques(-0,51%), ce dernier ne bénéficiant pas des annonces faites la veille par Apple qui laissent un sentiment mitigé sur les capacités de la firme à la pomme à se renouveler.

Ainsi, le concepteur de puces ARM Holdings, en cédant 2,7% accuse la plus forte perte de l'indice FTSEurofirst 300. En revanche, Gemalto gagne 2,43%, deuxième hausse du FTSEurofirst 300, réagissant au fait que l'iPhone 6 sera équipé d'un service de paiement "Apple Pay", sécurisé, et d'une antenne de paiement sans contact (near-field communication ou NFC).

Kingfisher prend 2,8%, plus forte hausse de l'indice FTSEurofirst 300. Le numéro un du bricolage en Europe a annoncé mercredi - outre ses résultats semestriels sans surprise - le départ avant la fin de l'exercice fiscal de son directeur général Ian Cheshire et son remplacement par Véronique Laury, actuelle dirigeante de la filiale française Castorama.

Santander, qui a annoncé le décès de son président Emilio Bottin, perd 1,81%, plus forte perte de l'indice EuroStoxx 50.

Sur le marché pétrolier, le Brent est repassé dans le rouge, revenant à plus bas de 16 mois au-dessous de 99 dollars le baril, victime d'une offre jugée surabondante par rapport à une demande atone.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant