Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LA BOURSE DE PARIS RECULE EN DÉBUT DE SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS RECULE EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi après leurs récents records, dans des marchés globalement affectés par le ton moins souple que prévu de la Fed en matière de politique monétaire, qui a relancé les spéculations sur une possible baisse de ses achats d'obligations avant la fin de l'année.

La Réserve fédérale américaine a prolongé mercredi son soutien à l'économie en maintenant à 85 milliards de dollars le rythme de ses achats mensuels d'obligations et elle s'est montrée un peu moins optimiste pour la croissance après la crise budgétaire du début du mois à Washington.

Son homologue japonaise a maintenu comme prévu sa politique d'assouplissement monétaire massif et relevé ses prévisions économiques, notant des signes de progrès sur le front de l'inflation.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,22% à 4.263,96 points vers 8h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,19% et à Londres, le FTSE 0,35%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est quasiment stable.

Le marché digère également une longue série de résultats trimestriels.

A Paris, BNP Paribas prend 2,1%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50. La banque poursuit ses réductions de coûts et continue de travailler à un nouveau plan stratégique triennal qui sera dévoilé début 2014.

Technip perd en revanche 7,5%, plus forte baisse du CAC 40, après la publication des résultats du groupe au 3e trimestre et la révision à la baisse des prévisions de sa division Subsea.

L'Oréal recule de 1,7% après avoir fait moins bien qu'attendu au troisième trimestre, avec une croissance organique ralentie par une brutale décélération des produits grand public aux Etats-Unis.

En revanche, Alcatel-Lucent bondit de près de 15% après avoir fait état d'une amélioration de son chiffre d'affaires et de sa marge au troisième trimestre.

Aux pétrolières, Shell perd 4,4% après des résultats inférieurs aux attentes et Total 1,5% après des résultats en baisse.

Les futures sur Bund allemands, la référence sur le marché obligataire européen, sont retombées de leurs pics de deux mois en réaction aux déclarations de la Fed qui ont créé le doute concernant l'intention de la banque centrale américaine de maintenir son rythme de rachats au moins jusqu'à mars 2014.

"La Fed n'ayant pas répondu aux attentes des investisseurs, la dynamique haussière n'est plus d'actualité", selon les stratégistes de Commerzbank. Le dollar se maintient autour de ses plus hauts niveaux en deux semaines face à un panier de devises de référence, après avoir accentué son rebond à la suite des déclarations de la Fed jugées moins accommodantes que prévu. L'euro perd 0,2% pour se traiter juste autour de 1,37 dollar.

Sur le marché pétrolier, le Brent recule de près 40 cents le baril de tout en se maintenant au-dessus des 109 dollars et s'apprête à finir octobre en hausse, porté par les perturbations dans les exportations libyennes.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant