Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
OUVERTURE À LA BAISSE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES
OUVERTURE À LA BAISSE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en baisse à l'ouverture mardi, pour la cinquième séance consécutive, toujours préoccupées par le "mur budgétaire" aux Etats-Unis et la crise de la dette en Europe.

À Paris, le Cac 40 recule de 22,14 points ou 0,65% après dix minutes d'échanges. Plombé par E.ON, le Dax-30 perd 0,74% à Francfort tandis que le FTSE recule de 0,59% à Londres, affaibli par les minières et Vodafone. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne 0,67% à 2.456,94 points.

Sensibles à l'économie mondiale, les minières tirent les indices à la baisse avec des reculs de 3,69% pour Anglo American, de 1,70% pour Rio Tinto et de 1,13% pour BHP Billiton.

Plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, l'électricien allemand E.ON plonge de 8,76% après avoir revu en baisse ses perspectives pour l'année prochaine. Dans son sillage, GDF Suez cède 2,54% et EDF 1,75% à Paris.

Aux télécoms, Vodafone chute de 3,5% après l'annonce d'une lourde dépréciation de ses activités en Espagne et en Italie.

Contre la tendance, PagesJaunes a ouvert en hausse de 13% à Paris après l'annonce d'un accord sur le refinancement de sa dette.

Aux Etats-Unis, le Congrès fait sa rentrée avec un compte à rebours de sept semaines pour parvenir à s'entendre sur le budget. Faute d'accord, 600 milliards de dollars de hausses d'impôt et de réductions de dépenses publiques prendront effet automatiquement le 1er janvier, au risque de replonger la première économie mondiale en récession.

En Europe, les bailleurs de fonds de la Grèce ont accepté lundi soir d'accorder deux années supplémentaires à Athènes pour réaliser les économies qu'ils lui réclament mais les ministres des Finances de la zone euro, réunis à Bruxelles, n'ont pas débloqué de nouvelle tranche d'aide. Une prochaine réunion a été fixée au 20 novembre.

"A court terme, la situation aux Etats-Unis et en Grèce reste en tête des préoccupations des investisseurs", dit Keith Bowman, analyste chez Hargreaves Lansdown à Londres. "Mais on peut espérer des déclarations conciliantes aux Etats-Unis et, si on arrive à oublier un peu la Grèce, on peut espérer regagner un peu de terrain".

Les intervenants surveillent le support de 2.440 points pour l'EuroStoxx 50 qui, s'il tient, pourrait constituer un signal positif.

L'absence d'accord sur une nouvelle tranche d'aide en faveur de la Grèce pénalise l'euro, tombé à un plus bas de deux mois face au dollar, tout en profitant aux Bunds. Le future sur le Bunds a atteint un plus haut de deux mois, à 143,48.

Le marché obligataire attend une adjudication grecque de bons du Trésor à un et trois mois, destinée à refinancer un emprunt de cinq milliard d'euros arrivant à échéance le 16 novembre. L'indice ZEW sur le sentiment des investisseurs sera aussi analysé de près, tout comme le déroulement des négociations budgétaires aux Etats-Unis.

L'or, affecté par le repli du dollar, est orienté en légère baisse, tout comme les cours du pétrole.

Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant