Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN BAISSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mardi, les investisseurs jugeant prudent de réduire leur exposition à la veille de la décision de la Cour constitutionnelle allemande sur la légalité du nouveau fonds de sauvetage européen et du début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,64 % à 3.483,77 points à 9h45. À Francfort, le Dax cédait 0,28% et à Londres, le FTSE perdait 0,35%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 se repliait de 0,58%.

La Fed tient sa réunion de politique monétaire mensuelle mercredi et jeudi et les dernières déclarations de son président Ben Bernanke, lors du séminaire de Jackson Hole, ainsi que des chiffres décevants de l'emploi publiés la semaine dernière laissent penser qu'elle pourrait lancer un nouvel assouplissement monétaire (QE).

La Cour constitutionnelle allemande doit de son côté se prononcer sur la légalité du pacte budgétaire et du fonds de sauvetage permanent de l'Union européenne, le Mécanisme européen de stabilité (MES), instrument essentiel pour rendre opérationnel le plan de rachat d'obligations de la Banque centrale européenne, qui suppose une demande d'aide formelle de la part des Etats en difficulté.

Le tribunal de Karlsruhe a confirmé mardi dans un communiqué qu'il se prononcerait bien mercredi à 8h00 GMT.

"Il y a un large consensus sur le fait que le rally (des marchés boursiers) a déjà pris en compte toutes les bonnes nouvelles qui pourraient arriver au cours des deux prochaines semaines et qu'il y a plutôt un risque de baisse", note Peter Garnry, stratège actions chez Saxo Bank.

Aux valeurs, Burberry chute de près de 18% après un avertissement sur résultats annuels. Le groupe britannique entraîne dans sa déroute les autres sociétés de l'industrie du luxe, comme LVMH(-4,35%) ou Hugo Boss(-4,88%). L'indice européen regroupant les produits de luxe et les biens de consommation courante signe l'une des plus fortes baisses sectorielles (-1,39%).

Philips gagne en revanche 0,29% à 19,085 euros à Amsterdam après avoir annoncé un élargissement de son plan de restructuration prévoyant notamment la suppression de 2.200 postes supplémentaires dans le monde.

Sur le marché obligataire, la prudence des investisseurs profite aux Bund, valeur refuge par excellence, même s'ils ne gagnaient plus à 7h40 GMT qu'une douzaine de "ticks", à 140,44, après avoir ouvert en forte hausse à 140,81.

Les rendements de la dette espagnole continuent à se tendre légèrement, à 2,99% pour le papier à deux ans et 5,78% pour dix ans, alors que le président du gouvernement Mariano Rajoy a déclaré lundi que Madrid ne formulerait aucune demande d'aide avant la réunion de l'Eurogroupe et de l'Ecofin en fin de semaine à Nicosie.

Il a également entretenu le doute sur intentions en disant recevoir des messages contradictoires des dirigeants européens à ce sujet, certains l'y encourageant, d'autres cherchant à l'en dissuader. Le journal britannique The Telegraph écrit de son côté que Mariano Rajoy n'accepterait pas un plan de sauvetage lui imposant en contrepartie de nouvelles coupes budgétaires.

Sur le marché des changes, l'euro a touché un nouveau plus haut de quatre mois à 1,2818 dollar face à un billet vert fragilisé par la perspective d'un nouvel assouplissement monétaire aux Etats-Unis, avant de revenir autour de 1,2800.

Les cours du pétrole poursuivent leur recul, mais à un rythme moins soutenu, le Brent de mer du Nord revenant à 144,70 dollars le baril et le brut léger américain à 96,40 dollars. Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant