Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À L'OUVERTURE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mardi sous la pression des valeurs du luxe et du compartiment automobile après l'annonce d'une dévaluation surprise du yuan, qui a fait descendre la devise chinoise à son plus bas niveau depuis près de 3 ans.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 30,39 points ou 0,58% à 5.165,02 points après 25 minutes d'échanges. Le Dax-30 cède 0,62% à Francfort et le FTSE-100 0,58% à Londres.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,42% et le FTSEurofirst 300 0,46%.

La Bourse d'Athènes fait exception avec une hausse de 1,6% pour saluer l'annonce d'un accord entre la Grèce et ses créanciers internationaux sur un nouveau plan de sauvetage.

Trois jours après l'annonce d'une chute de 8,3% des exportations chinoises en juillet, la Banque populaire de Chine (BPOC) a pris les intervenants de marché de court en abaissant le point médian de la bande de fluctuation quotidienne autorisée du yuan à 6,2298 pour un dollar contre 6,1162 lundi, en disant viser une dépréciation "exceptionnelle" de près de 2%.

La devise chinoise a dans la foulée touché un point bas de près de trois ans face au dollar, Pékin ayant par cette décision mis fin à des mois de politique officielle du yuan fort.

La nouvelle a fait reculer la Bourse de Tokyo de 0,42% et l'indice MSCI de l'Asie-Pacifique hors Japon a touché un plus bas d'un an et demi à 440,01, en repli de 0,9%. Du côté des valeurs chinoises, la Bourse de Hong Kong a été la seule grande place asiatique à profiter de l'annonce de la dévaluation, Shanghai subissant des prises de bénéfice après son bond de la veille.

En Europe, les constructeurs automobiles et les valeurs du luxe tirent les marchés à la baisse.

Dans le compartiment automobile, BMW et Daimler, la maison mère de Mercedes-Benz, perdent plus de 2%. LVMH (-3,50%), plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, Swatch, en baisse de 3,5% également, et Richemont (-2,1%) comptent parmi les valeurs du luxe les plus vendues.

Les groupes miniers BHP Billiton (-3,3%), Glencore (-2,7%) et Rio Tinto (-2,3%) payent aussi leur exposition au marché chinois.

A la hausse, les valeurs pétrolières profitent du rebond de près de 4% des cours du brut mardi et leur indice sectoriel (+0,1%) est le seul à s'inscrire en territoire positif en début de séance.

En vedette, le fabricant de grues finlandais Konecranes bondit de 23% après l'annonce d'un projet de fusion avec l'américain Tereex. Le groupe d'outillage suédois Sandvik gagne de son côté 5,3%, la meilleure performance du FTSEurofirst 300, après l'annonce de la nomination d'un nouveau directeur général.

Après leur rebond de la veille, les cours du pétrole retombent avec le Brent qui cède près de 0,7% autour des 50,00 dollars le baril.

Avec la dévaluation du yuan, "le pétrole libellé en dollars devient de fait plus cher pour la Chine, et cela va affecter la demande de brut puisque la Chine est l'un des principaux pays importateurs", explique Daniel Ang, chez Phillip Futures à Singapour.

(Véronique Tison pour le service français, avec Sudip Kar-Gupta à Londres, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant