Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, après avoir fortement progressé depuis le début de la semaine sur des anticipations de baisse des taux de la BCE, dans des marchés où la prudence l'emporte avant la publication du PIB américain et après des résultats trimestriels mitigés.

Les économistes prévoient en moyenne un rebond de 3,0% du PIB US en rythme annuel, après une croissance limitée à 0,4% lors des trois derniers mois de 2012, tout en anticipant de nouveau un ralentissement lors du trimestre en cours, le consensus étant actuellement autour de +1,5% pour le deuxième trimestre. La statistique sera publiée à 12h30 GMT.

À Paris, le CAC 40 perd 0,73% à 3.812,46 points vers 7h25 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,35% et à Londres, le FTSE se replie de 0,33%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonne 0,82%, après avoir pris plus de 5% depuis vendredi dernier.

"La liquidité reste le moteur principal des marchés financiers. Cette semaine, le marché a misé sur la perspective d'une escalade, ce qui a alimenté la hausse. De mauvais indicateurs n'ont fait que renforcer cette attente. Cela peut paraître inconfortable, mais nous maintenons notre point de vue selon lequel la liquidité abondante l'emporte sur la faiblesse de la croissance - au moins jusqu'à la fin du deuxième trimestre", écrit Exane BNP Paribas.

La saison des résultats oriente également la tendance, les investisseurs redoutant l'impact de la fragilité de la reprise mondiale sur les comptes des entreprises.

Selon les données de Thomson Reuters StarMine, 51% des sociétés du STOXX Europe 600 ayant publié leurs résultats ont fait moins bien que prévu, alors qu'aux Etats-Unis, la proportion de sociétés ayant déçu n'est que de 27%.

PPR cède 5,8%, plus net recul du CAC, après avoir nettement ralenti la croissance de ses ventes dans le luxe au premier trimestre, en Europe comme en Chine.

EADS perd 2,2%. L'Etat a engagé la cession d'environ 17,6 millions d'actions, représentant près de 2,1% du capital du groupe d'aérospatiale et de défense.

En revanche, BASF s'adjuge 1,5% après avoir fait état d'une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice d'exploitation du premier trimestre grâce à la bonne tenue de ventes de pesticides aux fermiers européens et nord-américains.

De même, Vinci prend 1,9%, plus forte hausse de l'Euro Stoxx 50, après avoir fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 1,1% à structure comparable et alors que le gouvernement a transmis aux sociétés d'autoroutes une proposition d'investissements de trois milliards d'euros, selon une information des Echos.

Sur le marché des changes, le dollar fait l'objet de prises de bénéfices face au yen en l'absence de nouvelle annonce de la Banque du Japon, qui a confirmé son intention d'injecter quelque 1.100 milliards d'euros d'ici deux ans dans le système financier japonais.

L'euro se traite autour de 1,3030 dollar, en hausse de 0,12%, restant plafonnée par les anticipations de baisse des taux lors de la réunion de la Banque centrale européenne.

La livre sterling reste ferme, après avoir touché un plus haut de deux mois jeudi à la suite de l'annonce d'une croissance plus forte que prévu au premier trimestre.

Les futures sur Bund avancent dans l'incertitude sur la situation politique en Italie.

Enrico Letta, chargé de former un gouvernement de coalition, a estimé ses premières consultations "encourageantes" jeudi, tout en soulignant qu'il lui faudrait du temps compte tenu des divergences qui demeurent avec la droite de Silvio Berlusconi.

Sur le front du pétrole, le baril de Brent retombe sous les 103 dollars après avoir gagné trois dollars en deux séances, dans un regain de prudence avant le PIB américain.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant