Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert vendredi en baisse après deux séances de hausse, affectées par le recul de la production industrielle en France et en Allemagne et dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 abandonne 8,15 points, soit 0,19% à 4.252,04 points vers 08h25 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,16% et à Londres, le FTSE recule de 0,17%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en repli de 0,95% et le FTSEurofirst 300 de 0,37%.

Sur le plan macroéconomique, l'économie européenne continue d'afficher des signes de fragilité, une situation contrastant fortement avec celle des Etats-Unis.

En Allemagne, la production industrielle a légèrement fléchi en novembre (-0,1%) et les exportations ont également baissé durant cette période pour le deuxième mois consécutif avec un repli de 2,1% en données corrigées des variations saisonnières, selon des chiffres publiés vendredi.

Le consensus prédisait en Allemagne une production industrielle en hausse de 0,4% et des exportations en recul de 0,2%.

En France, la production industrielle est ressortie en baisse de 0,3% en novembre et la production manufacturière en repli de 0,6% sur la même période, selon les données publiées par l'Insee

Ces statistiques mitigées pourraient accroître la pression sur la Banque centrale européenne pour qu'elle lance un programme d'assouplissement quantitatif dès sa prochaine réunion du 22 janvier.

Aux Etats-Unis en revanche, la plupart des signaux sont dans le vert. Après les bons chiffres des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, les investisseurs attendent le rapport mensuel sur l'emploi américain qui sera publié ce vendredi à 13h30 GMT.

En Chine, la hausse des prix à la consommation, principal indicateur de l'inflation, a légèrement accéléré en décembre, à 1,5% sur un an, mais reste proche d'un plus bas de cinq ans, traduisant une faiblesse persistante de l'économie.

Sur le marché des changes, l'euro remonte légèrement (+0,10%) par rapport au dollar à 1,1804 euros après avoir touché un plus bas depuis décembre 2005 à 1,1754 face au billet vert, conséquence des politiques monétaires divergentes des deux côtés de l'Atlantique.

Dans le compartiment pétrolier, le Brent de mer du Nord est stable à 50,96 dollars mais abandonne toujours quelque 10% depuis le début de l'année.

Les indices regroupant les valeurs de la banque et les ressources de base forment les deux plus fortes baisses du Stoxx 600 avec respectivement -1,80% et -0,43%. De l'autre côté du spectre, les médias sont en tête avec un gain de 0,61%.

Aux valeurs, Banco Santander, plus forte baisse du Stoxx 600, plonge de 10,6%. La première banque de la zone euro a annoncé jeudi son intention de réduire son dividende et d'augmenter son capital de 7,5 milliards d'euros, une initiative qui marque une nouvelle étape dans la refonte de la stratégie lancée par sa nouvelle présidente Ana Botin.

A Milan, la cotation de Monte Paschi a été suspendue après une chute de près de 5%.

A Londres, Tesco perd 2,4%, Moody's ayant dégradé la note du distributeur britannique à ba1, une catégorie spéculative.

A Paris, Sodexo abandonne 2,24%. Le numéro deux mondial de la restauration collective continue de souffrir d'une baisse des ses volumes en Europe. Le groupe a cependant confirmé ses objectifs annuels en publiant au titre du premier trimestre un chiffre d'affaires en croissance de 4,7%.

Cellectis s'envole de plus de 13%. La société de biotechnologies a annoncé jeudi envisager une introduction en Bourse aux Etats-Unis pour se conformer à la réglementation américaine.

Beneteau s'adjuge 4,23%. Le groupe a publié jeudi des ventes en hausse de 19% au titre du premier trimestre de son exercice 2014-2015.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant