Les Bourses européennes ouvrent en baisse

le
0
Les Bourses européennes ouvrent en baisse
Les Bourses européennes ouvrent en baisse

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, les investisseurs continuant à ruminer la signification pour la croissance économique des baisses de taux simultanées des banques centrales en Europe et en Chine et à douter de voir la Réserve fédérale américaine s'engager à son tour sur la voie de l'assouplissement monétaire.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,31% à 3.219,21 points vers 9h40. À Francfort, le Dax cédait 0,45% et à Londres, le FTSE 0,20%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonnait 0,60%.

Les prises de bénéfices continuent avant l'annonce des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, qui pourraient enterrer les espoirs d'une baisse à court terme des taux de la Réserve fédérale.

"Les indices actions en Europe semblent maintenant se heurter aux zones de résistances identifiées. Les marchés pourraient rentrer dans un période complexe de consolidation et retracer une bonne partie de la hausse récente", commente Gérard Sagnier, analyste technique chez Aurel BGC, qui voit les prochains supports pour l'indice CAC 40 à 3.150, puis 3.070 points.

Les indices européens des valeurs automobiles et bancaires enregistrent les plus forts reculs.

Selon les économistes, la Fed pourrait prendre une décision après la publication par le département du Travail des chiffres de l'emploi non agricole en juin aux Etats-Unis, à 12h30 GMT, et les investisseurs semblent en attendant privilégier les prises de bénéfices.

"Je ne crois pas que tous ceux qui ont terminé à l'équilibre ou qui ont pris des bénéfices (jeudi) sont déjà de retour sur les marchés, ce qui signifie que nombre d'entre eux vont rester sur la touche jusqu'à la publication des chiffres de l'emploi aujourd'hui, voire jusqu'au début de la saison des résultats d'entreprises aux Etats-Unis la semaine prochaine", estime Markus Huber, analyste chez ETX Capital.

Une baisse des taux de la Réserve fédérale est jugée très improbable, plusieurs analystes ayant revu à la hausse leurs prévisions pour l'emploi après la publication jeudi d'indicateurs encourageants.

L'enquête mensuelle ADP a montré que les embauches dans le secteur privé ont augmenté beaucoup plus que prévu, tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage avaient diminué lors de la semaine au 30 juin.

La Chine inquiète aussi les investisseurs, qui s'attendent après la baisse surprise des taux directeurs, la deuxième en un mois, à l'annonce la semaine prochaine d'un ralentissement plus fort que prévu de la croissance de la deuxième économie mondiale au deuxième trimestre, au moment où le vice-Premier ministre a reconnu que Pékin n'atteindrait sans doute pas son objectif de croissance du commerce extérieur.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant