Les Bourses européennes ouvrent dans le rouge

le
0
OUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE SILLAGE DE L'ASIE
OUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE SILLAGE DE L'ASIE

PARIS/MILAN (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert lundi dans le rouge, dans le sillage des marchés asiatiques qui ont accusé le coup de la publication d'indicateurs entretenant les inquiétudes sur le ralentissement de l'économie chinoise.

Vers 8h30 GMT, l'indice CAC 40 cède 0,25% à 4.885,32 points à Paris, le Dax recule de 0,11% à Francfort et le FTSE de 0,40% à Londres.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 abandonnent respectivement 0,34% et 0,33%.

L'activité manufacturière en Chine a continué de se contracter en octobre, d'après l'indice PMI des directeurs d'achat officiel publié dimanche. L'indice privé PMI Caixin/Markit publié lundi reflète également une poursuite de la contraction dans le secteur manufacturier, mais à un rythme moindre.

La séance, qui sera rythmée par la publication des indices PMI pour le secteur manufacturier en octobre, est également animée par une série de résultats d'entreprises.

Commerzbank, qui s'apprête à verser son premier dividende depuis 2007 et a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, enregistre la plus forte progression du FTSEurofirst 300. Le titre de la banque allemande s'adjuge 3%.

Malgré une progression supérieure aux attentes de son bénéfice imposable, sa concurrente britannique HSBC voit son action reculer de 1,1%.

Le titre Renault bondit de 2% et figure parmi les plus fortes progressions européennes, après que le Journal du Dimanche a rapporté que l'Etat français serait prêt à une fusion entre le constructeur français et son partenaire japonais Nissan.

En revanche Peugeot, qui a vu ses ventes reculer de 6,3% en octobre, abandonne 0,59%.

Plus forte baisse de FTSEurofirst 300, l'action Electrolux chute de 6,8%. Le département américain de la Justice a rejeté vendredi une proposition de cession d'actifs soumise par le groupe suédois dans le cadre du projet de rachat de la division électroménager de General Electric pour 3,3 milliards de dollars (3 milliards d'euros).

Après un abaissement de recommandation et d'objectif de cours de la part de HSBC, EasyJet cède de 2,9%, deuxième plus fort recul européen derrière le groupe d'électroménager suédois.

Ryanair recule de 1,5% après avoir annoncé ne pas prévoir de distribution supplémentaire aux actionnaires même si la compagnie à bas coût s'attend à un résultat annuel dans le haut de sa fourchette de prévision.

(Danilo Masoni; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant