Les Bourses européennes ouvrent dans le rouge

le
0

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en net recul lundi, l'enthousiasme suscité vendredi par les bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis ayant fait long feu.

À Paris, le CAC 40 chute de 1,34% à 3.410,67 points vers 7h30 GMT. À Francfort, le Dax plonge de 1,38% et à Londres, le FTSE recule de 0,84%. L'Eurostoxx 50 cède 1,27%.

La Bourse de Tokyo était fermée ce lundi.

Les incertitudes pesant sur la croissance mondiale sont dans tous les esprits avant le début de la saison des résultats trimestriels des entreprises.

"L'euphorie provoquée par les chiffres de l'emploi américain n'a pas duré", constate un trader basé à Paris. "La situation s'améliore peut-être un peu aux Etats-Unis, mais notre principale source d'inquiétude en ce moment est la Chine."

La Banque mondiale vient de réduire ses prévisions de croissance pour la région Asie-Pacifique en prévenant que le ralentissement économique chinois pourrait s'aggraver et durer plus longtemps que prévu.

L'Espagne est également sous les projecteurs après de nouvelles manifestations dimanche contre la politique d'austérité et les menaces d'appel à la grève générale lancées par les syndicats si le gouvernement de Mariano Rajoy n'organise pas un référendum sur les nouvelles coupes budgétaires.

En attendant une éventuelle demande d'aide de l'Espagne, les ministres des Finances de la zone euro lanceront formellement ce lundi le nouveau fonds de sauvetage permanent, le Mécanisme européen de stabilité (MES) de 500 milliards d'euros.

Les rendements de la dette espagnole restent pour l'instant soutenables, mais les analystes s'attendent à ce qu'ils remontent si la Banque centrale européenne (BCE) n'active pas son plan de rachat d'obligations. Les futures sur Bunds, qui avaient chuté vendredi, ont ouvert en hausse de 40 "ticks" à 141,27, autre signe que l'appétit pour le risque est retombé.

Si la prudence est de mise, les investisseurs trouveront un peu de réconfort dans l'annonce d'une nette hausse des exportations allemandes en août, alors que les économistes s'attendaient à les voir baisser sous l'effet de la crise.

Reste qu'après le rally estival et une nouvelle progression de 3,1% de l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 la semaine dernière, la tendance est plutôt à la baisse.

"Nous sommes arrivés à un niveau où les marchés ont besoin d'un peu plus d'éléments concrets de visibilité à moyen terme pour que les prix montent encore", estime Ric Spooner, analyste boursier chez CMC Markets.

Aux valeurs, BAE Systems cède 1,1% et EADS recule de 0,75% après la longue liste d'objections à une fusion dressée par le premier actionnaire de BAE, Invesco Perpetual.

Sur le marché des changes, l'euro accroît ses pertes par rapport au billet vert à 1,2970 dollar.

Le repli des cours du pétrole s'accentue également, le Brent de mer du Nord et le brut léger américain cédant plus de 1% à 110,80 dollars et 88,65 dollars le baril respectivement.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant