Les Bourses européennes ouvrent à la baisse

le
0
Les Bourses européennes ouvrent à la baisse
Les Bourses européennes ouvrent à la baisse

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, les craintes sur la croissance mondiale et sur le secteur bancaire pesant sur le moral des investisseurs.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,94% à 3.085,09 points. À Francfort, le Dax perdait 0,95% et à Londres, le FTSE se repliait de 0,77%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 cédait 0,59%%.

En baisse dans les premiers échanges, les valeurs bancaires en Europe repartaient à la hausse (+0,34%), la dégradation de Moody's ayant été bien anticipé par les investisseurs. Credit Suisse cédait néanmoins 1,55% après avoir été dégradé de trois crans par l'agence de notation. A Paris, Crédit Agricole progressait de 0,78%, Société Générale de 0,96% et BNP Paribas de 0,07%.

Les marchés d'actions étaient essentiellement tirés à la baisse par les secteurs cycliques industriels, les plus sensibles à la conjoncture économique, qui souffrent des craintes sur un ralentissement de la croissance mondiale. Le compartiment des produits de base et celui du pétrole et gaz perdaient respectivement 1,35% et 1,5%.

Plusieurs statistiques macroéconomiques jugées décevantes sur l'activité en Chine, aux Etats-Unis et en Europe ont relancé les inquiétudes sur l'état de santé des grandes économies mondiales. "Les investisseurs s'inquiètent d'un ralentissement plus fort que prévu de l'économie américaine à un moment où la crise de la dette en Europe reste non résolue et que la Chine fait aussi face à un ralentissement (de son économie)", a estimé Koen De Leus chez KBC Securities.

C'est dans ce contexte morose que Moody's a abaissé jeudi soir les notes de crédit de 15 des principales banques mondiales, parmi lesquelles trois françaises, BNP Paribas, Société Générale et Crédit agricole.

Cette dégradation survient en outre alors que l'Espagne devrait officiellement solliciter d'ici lundi une aide européenne pour recapitaliser ses banques en difficulté, dont les besoins pourraient s'élever jusqu'à 62 milliards d'euros, selon deux audits indépendants rendus publics jeudi.

Pour tenter de cirsconscrire la crise en Europe, le président du Conseil italien Mario Monti reçoit ce vendredi à Rome la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy. Cette réunion doit préparer le sommet européen de Bruxelles prévu les 28 et 29 juin.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant