Les Bourses européennes ouvent en forte hausse, l'euro progresse

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN NETTE HAUSSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN NETTE HAUSSE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en forte hausse vendredi - et l'euro progresse - après la remise jeudi en fin de soirée par la Grèce de ses propositions de réformes en échange d'argent frais et d'un "reprofilage" de sa dette.

Dans ses propositions, sur lesquelles le parlement grec doit se prononcer ce vendredi, le gouvernement d'Alexis Tsipras se plie à certaines exigences de ses créanciers internationaux, notamment en matière de fiscalité.

À Paris, le Cac 40 s'adjuge encore 2,32% à 4.867,74 points vers 09h15, après avoir déjà repris 3,31% en deux séances, ce qui devrait permettre à l'indice de finir la semaine sur un gain. À Francfort, le Dax progresse de 2,2% et à Londres, le FTSE gagne 1,17%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro affiche une hausse de 2,38% et le FTSEurofirst 300 de 2,58%.

Tous les secteurs sont en hausse sensible mais les secteurs cycliques et financiers affichent les plus vives progressions de ce début de séance, avec un gain de 1,9% pour les ressources de base et de 2,13% pour l'automobile, de 2% pour les banques et de 1,8% pour les assurances.

Les traders notent que le dernier projet de réformes en date, qui contient des concessions importantes de la part de la Grèce, rend les investisseurs raisonnablement optimistes quant aux chances d'un accord au sommet de dimanche.

"(Les propositions) peuvent représenter une base sur laquelle un accord pourrait être conclu ce week-end", dit Craig Erlam, analyste chez OANDA.

Sur le marché obligataire, les rendements des Etats du sud de l'Europe --Italie, Espagne, Portugal -- retombent de 10 à 20 points de base.

Sur le marché des changes, l'euro progresse de 0,73% face au dollar, à 1,1120, et de 1,28% face au yen, autour de 135,63.

En plus de l'espoir d'un accord entre la Grèce et ses créanciers, la poursuite du rebond des Bourses chinoises après les mesures radicales de Pékin pour interrompre le "krach" boursier, est aussi un élément de soutien de poids.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant