Les Bourses européennes orientées en légère baisse à mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES EN LÉGÈRE BAISSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES EN LÉGÈRE BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont orientées en légère baisse vendredi à mi-séance, plombées par des macro-indicateurs jugés décevants -- production industrielle allemande en tête -- et un secteur des médias qui chute dans le sillage de son homologue américain.

Wall Street devrait également ouvrir sur un léger repli, les investisseurs des deux côtés de l'Atlantique retenant leur souffle avant les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, programmés à 12h30 GMT et susceptibles d'influer le calendrier de relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le CAC 40 abandonne 0,32% (-16,67 points) à 5.175,39 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,37% et à Londres, le FTSE perd 0,06%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,38% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,32%.

En Allemagne, les exportations ont baissé plus que prévu et la production industrielle a, contre toute attente, baissé, ce qui semble suggérer une interruption dans la solide reprise de la première économie européenne, même si ladite reprise semble devoir malgré tout se poursuivre au troisième trimestre à la faveur d'une hausse appréciable des commandes à l'industrie.

En France, le déficit commercial de juin est ressorti à son niveau le plus faible depuis près de six ans mais la production industrielle a reculé de 0,1% sur le même mois, alors qu'elle était attendue en hausse de 0,2%.

"Ces données sont décevantes mais il est vrai que la reprise économique européenne n'a pas suivi une belle trajectoire bien lisse (...) ce n'est pas assez pour commencer à paniquer", a estimé Alastar McCaig, analyste chez IG.

L'euro accusait un recul infime par rapport au dollar, lui-même en très légère hausse face à un panier de devises internationales avant les chiffres de l'emploi.

Les économistes interrogés par Reuters anticipent 223.000 créations d'emplois le mois dernier, chiffre inchangé par rapport à juin. Si jamais les chiffres sont supérieurs aux attentes, la Fed pourrait être incitée à relever ses taux d'intérêt dès sa prochaine réunion en septembre, perspective qui ne manquera pas de donner un coup de fouet au billet vert.

Après un début de séance en franche hausse, le Brent est repassé dans le rouge et le brut léger américain n'affiche plus qu'une progression de 0,1%, les inquiétudes concernant un déséquilibre entre une offre abondante et une demande atone reprenant le dessus.

Cela n'empêche pas l'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes de signer, avec celui des matières premières, les rares hausses du jour, avec des gains de respectivement 1,38% et 1,72%.

Le compartiment des médias, avec un repli de plus de 1,1%, accuse la baisse sectorielle la plus marquée -- la perte allant de 3,5% à 4% pour les actions Mediaset, Prosiebensat et ITV -- en raison des craintes des investisseurs de voir les utilisateurs remettre en cause le modèle de la télévision payante.

Ces craintes avaient fait plonger la veille le secteur des médias américain, Viacom en tête. Certains analystes estiment toutefois que la réaction est exagérée, pointant du doigt les différences entre le marché de la télévision aux Etats-Unis et celui en Europe.

Du côté des valeurs individuelles, le titre Banca Montei dei Paschi di Siena a été un moment réservé à la hausse, avec un gain de 8,8%, après que la troisième banque italienne par le nombre d'agences, a annoncé jeudi un bénéfice net de 121 millions d'euros au titre du deuxième trimestre et un renforcement de son ratio de fonds propres, signe que son plan de redressement porte ses fruits.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SM7 le vendredi 7 aout 2015 à 13:08

    Le Couac a pris plus de 12% en un mois, peut bien régurgiter un 0,3% de temps en temps.