Les Bourses européennes orientées à la hausse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA HAUSSE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA HAUSSE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - La poussée des eurosceptiques aux élections européennes avait été largement anticipée par les marchés d'actions européens qui étaient orientés à la hausse lundi vers la mi-séance, portées par l'envol des valeurs bancaires italiennes.

À Paris, le CAC 40 prenait 0,28% à 4505,72 points vers 10h00 GMT tandis qu'à Francfort, le Dax progressait de plus de 0,85% après avoir battu son record absolu en atteignant en début de séance 9.834,36 points.

Les indices européens confirmaient la tendance avec +0,62% pour l'EuroStoxx 50 et +0,32% pour le FTSEurofirst 300 dans un volume d'activité réduit en raison de la fermeture des Bourses de Londres et Wall Street.

Les investisseurs ont surtout retenu des élections européennes de la fin de semaine le fait que les pro-européens conserveront le contrôle du Parlement européen. Le scrutin a pourtant été marqué par une forte poussée des eurosceptiques, notamment en France où le Front national est arrivé en tête, un événement qualifié de séisme pour la France et l'Europe par le Premier ministre Manuel Valls.

Aux valeurs, Atos prenait plus de 4% après l'annonce par la société de services informatiques d'un projet d'offre publique d'achat de 620 millions d'euros sur le groupe informatique français Bull. Le titre Bull bondissait de plus de 20%.

Les banques italiennes avaient le vent en poupe après la victoire du parti de centre gauche du président du Conseil Matteo Renzi aux européennes. Les deux principales banques de la péninsule, Intesa SanPaolo et UniCredit, s'adjugeaient respectivement 3,45% et 3,41% vers 10h00 GMT.

Dopé par les performances des banques, l'indice FTSE MIB de la Bourse de Milan progressait de 2,54%.

La principale échéance pour les marchés est désormais la prochaine réunion de la Banque centrale européenne, le 5 juin, de laquelle les investisseurs attendent "quelque chose ressemblant à des mesures d'assouplissement quantitatif", explique Naeem Aslam, chef analyste chez Ava Trade.

La BCE est prête à intervenir si l'inflation se maintient de manière durable à des taux jugés trop bas dans les pays de la zone euro, a déclaré lundi son président, Mario Draghi.

(Patrick Vignal pour le service français, avec Alexandre Boksenbaum-Granier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant