Les Bourses européennes orientées à la hausse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA HAUSSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales bourses européennes étaient orientées à la hausse mercredi à la mi-séance, toujours soutenues par la publication de chiffres meilleurs que prévus de la croissance chinoise au premier trimestre.

Vers 10h00 GMT, le CAC 40 parisien gagnait 37,5 points (0,86%) à 4.382,85 points. Le Dax à Francfort prenait 0,76% et le FTSE à Londres 0,28%.

Les nouvelles venues de Chine et les futures sur indices new-yorkais indiquent une ouverture en hausse de Wall Street où les investisseurs attendent plusieurs indicateurs qui pourraient confirmer la reprise de la première économie du monde: les mises en chantier et les permis de construire (12h30 GMT) ainsi que la production industrielle (13h15 GMT). Le Livre Beige de la Fed, publié à 18h00 GMT, sera également très suivi.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 était en hausse de 0,66% après des pertes lors des dernières séances sur fond d'inquiétudes autour de la crise en Ukraine et du ralentissement de l'activité économique en Chine. L'autre indice paneuropéen de référence, l'Eurostoxx 50, confirmait la tendance générale avec une progression de 0,95%.

Aux valeurs, Danone perdait 1,25% vers 10h00 GMT, la plus forte baisse du CAC 40. Le groupe a continué de pâtir au premier trimestre 2014 des conséquences de l'affaire Fonterra sur son activité de nutrition infantile en Chine mais pour la première fois depuis 2011 les activités du groupe agroalimentaire sont en croissance en Europe.

Les plus fortes hausses du CAC 40 étaient pour Veolia et Renault avec +3,26 et +2,25% respectivement.

A Londres, le numéro un britannique de la grande distribution Tesco a annoncé un bénéfice annuel en baisse de 6% et s'attend à ce que la conjoncture reste difficile. L'action n'en était pas moins en hausse de près de 3,5% à la mi-journée après avoir clôturé mardi non loin d'un plus bas de 10 ans.

Crédit Suisse, qui a annoncé une baisse de plus d'un tiers du bénéfice net au premier trimestre, conséquence d'une chute des revenus tiré du trading obligataire, cédait plus de 2%, l'une des dix plus fortes baisses en Europe.

ASML, qui a revu à la baisse sa prévision de vente au premier semestre, abandonne 3,5%, troisième plus forte baisse en Europe.

Les marchés européens ont peu réagi au chiffre de l'inflation annuelle dans la zone euro, qui a atteint en mars son plus bas niveau depuis novembre 2009, à 0,5% contre 0,7% en février.

Elle se maintient donc bien en dessous de 1%, dans ce que le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi appelle la "zone dangereuse", et plaide en faveur de mesures d'assouplissement de la part de la BCE pour contrer la menace d'une déflation.

Les places boursières ont été plus sensibles au chiffre de la croissance de l'économie chinoise, qui a sensiblement ralenti entre janvier et mars 2014 par rapport au dernier trimestre 2013 mais un peu moins que ce que les analystes attendaient.

Sur le front du pétrole, le Brent a poursuivi son envolée, passant au-dessus de 110 dollars le baril en raison notamment des tensions géopolitiques en Ukraine. La perspective de voir la Libye reprendre progressivement ses exportations de pétrole influe également sur le cours du Brent mais à la baisse.

Sur le marché des changes, l'euro était pratiquement stable face au dollar, autour de 1,3843 dollar.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant