Les Bourses européennes orientées à la baisse à la mi-journée

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes se replient à mi-séance, des données macro-économiques chinoises inférieures aux attentes incitant les investisseurs à la prudence.

Le mois dernier, les exportations de la Chine ont progressé de seulement 1% alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une hausse de 8,6%. Les livraisons vers l'Europe ont chuté de plus de 16% en juillet.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,78% (-26,96 points) à 3.429,48 points vers 13h20. À Francfort, le Dax cède 0,76% et à Londres, le FTSE abandonne 0,32%. L'indice paneuropéen Eurofirst 300 perd 0,48%.

Néanmoins, ce dernier indice est en voie de réaliser sa dixième semaine consécutive de hausse, ce qui serait sa plus longue séquence de progression en sept ans. Il a clôturé jeudi non loin de son plus haut annuel.

Les marchés d'actions ont vivement rebondi depuis le 26 juillet, lorsque le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a affirmé que l'institution ferait tout son possible pour assurer la pérennité de l'euro dans le cadre de son mandat.

Mais les opérateurs de marché tendent désormais à recommander des prises de bénéfices, en raison du contexte de faible croissance mondiale et du risque toujours présent que les décideurs européens échouent à prendre des mesures concrètes pour endiguer la crise.

"Je suis un peu prudent pour le second semestre. Les indicateurs chinois ne semblent pas bons et je ne suis pas convaincu que la BCE va faire ce qui est nécessaire pour résoudre la crise de la dette en zone euro", a commenté Caroline Vincent, gérant de fonds chez Cavendish AM.

Aux valeurs, Bank of Ireland chute de plus de 5% après avoir vu son résultat opérationnel ajusté plonger de 65% au premier semestre.

A contrario, l'action ThyssenKrupp évolue à rebours du marché pour gagner 6,45%. Le premier sidérurgiste allemand a confirmé vendredi ses objectifs annuels après avoir fait état pour le troisième trimestre de son exercice en cours d'une baisse moins marquée que prévu de son bénéfice opérationnel, sa division industrielle ayant en partie compensé une baisse de la demande pour l'acier.

L'euro reste sous pression, reculant pour la troisième séance consécutive de suite, les investisseurs s'inquiétant de savoir si la BCE va être capable d'endiguer la crise européenne. De son côté, le dollar australien pâtit des données chinoises, qui pèsent d'ailleurs également sur les cours du pétrole, la Chine étant le premier consommateur mondial de brut.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund progressent, évoluant souvent inversement par rapport aux Bourses.

Sudip Kar-Gupta; Blandine Hénault pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant