Les Bourses européennes ont terminé en petite hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en petite hausse, les investisseurs voulant croire à un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE même si les velléités d'achats sont limitées par les préoccupations liées à la situation géopolitique dans l'est de l'Ukraine.

Le Kremlin a entériné lundi les velléités d'indépendance de l'est de l'Ukraine tout en appelant au dialogue au lendemain des référendums séparatistes organisés par les militants pro-Russes de Louhansk et Donetsk.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,37% (16,37 points) à 4.493,65 points. Le Footsie britannique a fini en hausse de 0,55% et le Dax allemand de 1,26%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a pris 0,72% et le FTSEurofirst 300 0,61%.

Parallèlement, Wall Street est orientée en nette hausse, tout particulièrement le Nasdaq qui profite du regain de confiance des investisseurs pour effacer une partie des pertes enregistrées au cours des dernière semaines. Le Dow Jones prend 0,62%, le S&P 500 avance de 0,71%, flirtant avec son plus haut historique (1.897,28). Le Nasdaq gagne 1,47%.

Sur le CAC 40, la performance du jour est à mettre à l'actif d'Alcatel-Lucent qui a terminé en hausse de 5,32%, soutenu par plusieurs notes d'analystes publiées à la suite de l'annonce vendredi par l'équipementier télécoms d'une amélioration de sa marge brute et de ses flux de trésorerie au premier trimestre.

Le podium est complété par Lafarge (+2,93%), et Alstom (+2,76%), le fabricant français d'équipements électriques et ferroviaires profitant de plusieurs développements jugés favorables durant le week-end à une possible offre de l'allemand Siemens.

Sur le marché des changes l'euro se maintient contre le dollar après avoir essuyé quelques pertes avec les spéculations autour d'un assouplissement de la politique de la BCE.

Les Treasuries sont en baisse, réagissant négativement à l'attrait des marchés d'actions.

Les cours du brut sont de leur côté en nette hausse, comme ceux du nickel, l'inquiétude entourant l'évolution de la situation géopolitique en Ukraine laissant craindre une pression sur l'offre.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant