Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé mardi en légère hausse, portées par des résultats bien accueillis qui ont occulté la publication d'indicateurs contrastés sur l'activité des services au sein de la zone euro.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,37% (15,66 points) à 4232,88 points. Le Footsie britannique et le Dax allemand ont progressé respectivement de 0,07% et 0,39%.

Les indices européens résument une journée sans grand relief avec +0,06% pour l'EuroStoxx 50 et +0,36% pour le FTSEurofirst 300.

Le FTSEurofirst 300 avait souffert la semaine dernière, en raison notamment de craintes d'un resserrement de la politique monétaire américaine et des soucis de la première banque du Portugal, Banco Espirito Santo (BES).

L'Etat portugais a volé au secours de BES, pour le plus grand soulagement des marchés, mais les autres facteurs continueront de peser, de même que les tensions géopolitiques, en particulier en Ukraine et dans la bande de Gaza, estiment les analystes.

"Il s'agit principalement d'un rebond technique mais le contexte demeure le même", juge Riccardo Designori, analyste de marché chez Brown Editore à Milan. "La crise ukrainienne fait toujours peser une menace réelle sur l'Europe et je ne pense pas que les effets sur les actions aient encore été ressentis, notamment en ce qui concerne les investisseurs particuliers".

Aux valeurs à Paris, la plus forte hausse du CAC 40 est pour Vivendi, qui a pris 3,62% après avoir reçu une offre de l'espagnol Telefonica pour sa filiale brésilienne GVT.

A noter également, Crédit Agricole, qui a gagné 2,19% après des résultats meilleurs qu'attendu malgré une charge exceptionnelle de 708 millions d'euros liée à sa participation dans BES.

Ailleurs en Europe, le titre Deutsche Post a grimpé de 2,17% après la publication de bons résultats.

Contre la tendance, le groupe allemand de services industriels Bilfinger a plongé de près de 10% après avoir fait part d'un deuxième avertissement sur résultats en deux mois à peine.

Si les différents indices PMI des services publiés mardi ont confirmé globalement une fragile reprise de l'activité au sein de la zone euro, ils ont également mis en relief des faiblesses persistantes de certaines économies, notamment celles de la France et de l'Italie.

Les marchés d'actions n'ont pas trop souffert de ces annonces, à la différence de l'euro, qui perdait 0,39% face à la monnaie américaine, à 1,3369 dollar.

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street était orientée à la baisse malgré la publication d'un indice sur l'activité des services aux Etats-Unis meilleur que prévu, qui a entraîné la hausse des rendements des Treasuries à 10 et 30 ans.

Sur le front du pétrole, le Brent est reparti à la baisse, repassant sous la barre des 105 dollars le baril en raison de la surabondance de l'offre, qui l'emporte sur les craintes liées à l'approvisionnement en provenance de Libye ou d'Irak.

(Patrick Vignal pour le service français, avec Emelia Sithole-Matarise à Londres, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant