Les Bourses européennes marquent une pause à l'ouverture

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE BAISSE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGÈRE BAISSE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en légère baisse mardi, marquant une pause après une série de quatre séances de forte hausse, les investisseurs s'inquiétant de la mise en oeuvre de l'accord conclu lundi entre la Grèce et ses partenaires de la zone euro.

Cet accord imposant à la Grèce un ensemble de nouvelles mesures d'austérité et de libéralisation de son économie doit en effet être adopté par le Parlement grec, dominé par la gauche anti-austérité, avant d'être avalisé par d'autres parlements nationaux de la zone euro, notamment le Bundestag allemand.

Vers 07h15 GMT, l'indice CAC 40 cède 0,13% à Paris, le Dax abandonne 0,37% à Francfort et le FTSE recule de 0,11% à Londres.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 affichent des reculs respectifs de 0,25% et 0,11%.

LafargeHolcim, entité issue de la fusion entre les cimentiers suisse Holcim et français Lafarge, a fait ses débuts boursiers ce mardi. Après avoir entamé sa première séance de cotation en recul, la valeur s'est stabilisée, tant à Paris qu'à Zurich, après une trentaine de minutes d'échanges.

L'euro s'échange à 1,0980 dollar, en recul de 0,2%.

"Le risque (de 'Grexit') est nettement moindre aujourd'hui qu'il y a une semaine mais le fait qu'il ne soit pas totalement éliminé maintient l'euro sous pression", relève un directeur général de BK Asset Management dans une note à ses clients.

Les cours du pétrole plongent de plus de 2% après qu'un diplomate iranien a fait état d'un accord à Vienne sur le programme nucléaire de Téhéran, ce qui permettra une levée de sanctions pesant sur la République islamique et donc la reprise des exportations iraniennes de pétrole dans un marché mondial déjà excédentaire.

(Alistair Smout et Lisa Twaronite; Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mardi 14 juil 2015 à 09:55

    On nous rebat les oreilles d'un accord qui écarterait le Grexit ! Est-ce si sûr ? La dette grecque = 320 milliards Le taux d'intérêt moyen est au moins de 10% = 32 milliards à payer chaque année. Les dépenses du budget de l"Etat grec est de 100 milliards dont les 32 milliards et les recettes du budget au mieux de 50 milliards.Cherchez l'erreur ! Solution encore emprunter mais c'est accroitre le montant des intérêts. L'avenir est plus que bouché