Les Bourses européennes marquent le pas à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES REPRENNENT LEUR SOUFFLE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES REPRENNENT LEUR SOUFFLE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes marquent le pas à la mi-séance lundi, subissant des prises de bénéfice après leur forte hausse de la semaine dernière même si Francfort reste à flot grâce à l'envolée de ses producteurs d'électricité E.ON et RWE.

Les futures à Wall Street temporisent également mais la séance s'annonce calme à New York du fait d'un jour férié aux Etats-Unis pour "Columbus Day".

À Paris, l'indice CAC 40 cède 16,74 points ou 0,36% à 4.684,65 points vers 9h45 GMT, après un bond de 5,3% sur l'ensemble de la semaine dernière qui constituait son gain hebdomadaire le plus élevé depuis janvier. Le FTSE cède pareillement 0,45% à Londres mais le Dax conserve un gain de 0,23% à Francfort, porté par les services aux collectivités.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,18% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,17%.

En tête du FTSEurofirst 300, RWE et E.ON prennent respectivement 11,1% et 7,3% après un audit qui a conclu que les opérateurs nucléaires allemands seraient en mesure de financer le démantèlement de leurs réacteurs lorsque le pays renoncera à l'énergie atomique d'ici 2022.

EDF en profite pour s'adjuger 3%, la meilleure performance du CAC à Paris.

Egalement en vue, le papetier finlandais Stora Enso bondit de 7,7% après avoir relevé ses prévisions de résultats.

Daimler (+1,9%), en tête de l'EuroStoxx 50, Volkswagen (+5,4%%), BMW (+2,5%) et Renault (+2,4%) permettent au secteur automobile de poursuivre son redressement et de se classer en tête des indices sectoriels européens avec un gain de 1,4%, devant l'indice des services aux collectivités (+0,5%).

Fiat Chrysler Automobiles gagne 1,5% à Milan après l'annonce des modalités de la mise en Bourse de Ferrari.

En baisse de plus de 4%, Rolls Royce et Safran accusent les deux plus forts replis du FTSEurofirst à la suite d'un article du Financial Times selon lequel les autorités européennes enquêtent sur des contrats de maintenance d'avions.

La société de biotechnologies Novozymes les suit, avec un recul de 3,8%, à la suite d'un déclassement de Goldman Sachs qui est passé d'"achat" à "vente" sur le titre.

Le dollar, affaibli par le sentiment que la Réserve fédérale attendra 2016 pour relever ses taux, reste sur la défensive tandis que les cours du pétrole réduisent leur avance, le Brent ne gagnant plus que 0,2% à 52,75 dollars après être monté jusqu'à 53,31 auparavant.

L'or, aidé par la baisse du dollar, se distingue en gagnant 0,8% à 1.166,67 dollars l'once, à son meilleur niveau depuis sept semaines.

(avec Sudip Kar-Gupta à Londres, Véronique Tison pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant