Les Bourses européennes irrégulières à l'ouverture

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES IRRÉGULIÈRES À L'OUVERTURE
LES BOURSES EUROPÉENNES IRRÉGULIÈRES À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert sur une note étroitement irrégulière lundi, l'attrait pour les actifs à risque étant limité par des indicateurs décevants en Chine et aux Etats-Unis, ce qui incite les investisseurs à prendre quelques profits après le récent "rally".

Après l'annonce vendredi d'une baisse inattendue des ventes de détail et d'une forte dégradation du moral des ménages, les investisseurs réagissent plus vivement à une croissance de l'économie chinoise au premier trimestre inférieure aux attentes.

"Il s'agit juste d'un courant généralisé de ventes d'actifs à risque. Les investisseurs deviennent un peu sceptiques sur la reprise qui a porté les marchés ces derniers mois. Ils sont nombreux à utiliser n'importe quelle donnée économique un peu faible comme excuse pour sortir du marché et concrétiser quelques profits", dit Stan Shamu, stratège de marché chez IG Markets.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,32% à 3.740,72 points vers 7h30 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE perd 0,26%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,4%, soutenu par la hausse des services collectifs (+1,2%) alors que les ressources naturelles perdent 2,17%.

Le conglomérat allemand Siemens perd 1% après avoir averti dimanche que le deuxième trimestre de son exercice fiscal serait affecté par des difficultés rencontrées dans ses activités d'équipement ferroviaire et de transport d'électricité.

Les futures sur obligations à 10 ans allemandes (Bund) sont stables dans la perspective d'une poursuite des politiques ultra-accommodantes des banques centrales, qui contre-balance les inquiétudes face au difficultés de la zone euro à régler la crise de la dette.

Les ministres des Finances de la zone euro ont validé vendredi le renflouement de 10 milliards d'euros accordé à Chypre par la troïka des bailleurs de fonds internationaux, mais Chypre devra lever de son côté 13 milliards d'euros pour couvrir ses besoins sur trois ans, alors que ce montant avait été initialement évalué à sept milliards.

Sur le marché des changes, le yen est reparti à la baisse face au dollar, après une brève pause, tandis que l'euro perd du terrain vis-à-vis du dollar et se traite autour de 1,3080.

L'or a enfoncé le seuil des 1.500 dollars l'once et se traite autour de 1.442 dollars, après avoir touché son plus bas niveau depuis avril 2011, à 1.427,14 dans la nuit, dans la crainte d'un courant de cessions des banques centrales et un sentiment de défiance vis-à-vis du métal précieux. Selon l'analyse graphique, le prochain seuil se situerait à 1.397 dollars l'once.

Le baril de Brent perd près de 1,50 dollar à moins de 101,70 dollars, après avoir touché son plus bas niveau des neuf derniers mois, à 100,84 dollars, en réaction aux indicateurs américains et chinois qui créent des inquiétudes sur la demande de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant