Les Bourses européennes indécises à la mi-journée

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES INDÉCISES À LA MI-JOURNÉE
LES BOURSES EUROPÉENNES INDÉCISES À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont indécises vendredi à la mi-journée, évoluant dans le voisinage d'un pic de cinq ans atteint la veille, l'expiration des contrats de dérivés de septembre entretenant une certaine instabilité.

La poussée de demande d'actifs risqués à la suite du statu quo inattendu observé par la Réserve fédérale mercredi sur ses rachats d'actifs s'est sensiblement atténuée, les investisseurs en profitant pour prendre des bénéfices avant le week-end.

L'indice CAC 40 gagne 0,09% à 4.209,99 à 12h38, tandis que le Dax gagne 0,07% et que le FTSE perd 0,04%. L'EuroStoxx 50 cède 0,04% et le FTSEurofirst 300 0,03%.

La journée étant dépourvue de statistiques et de résultats de sociétés notables, les marchés tourneront leur attention vers les négociations budgétaires aux Etats-Unis qui promettent d'être épineuses. Les élus républicains de la Chambre des représentants n'ont pas renoncé à saboter la réforme du système de santé de Barack Obama en la privant des fonds nécessaires, malgré les menaces de la Maison blanche qui a promis d'opposer son veto à leur projet de loi en ce sens. (voir )

"Les investisseurs s'inquiètent du manque de catalyseurs potentiellement positifs à venir", dit Guillaume Dumans (2Bremans). "Si on ajoute que c'est aujourd'hui le jour des 'quatre sorcières', il y a donc une certaine tension".

La politique d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale a largement contribué à la bonne tenue des Bourses durant l'année écoulée et les Bourses européennes en particulier ont atteint des valorisations prises en comparaison des bénéfices attendus sans précédent depuis près de quatre ans. Cela laisse penser que le mouvement haussier tient plus à un excès de capitaux dans le marché qu'à une vigueur fondamentale des comptes des entreprises.

L'indice Stoxx Europe 600 se traite à 13 fois les bénéfice à un horizon de 12 mois, ce qui ne s'était plus vu depuis novembre 2009, selon Thomson Reuters Datastream. Il se traite aussi à 1,69 fois la valeur comptable, soit un ratio PER le plus élevé depuis le début 2011.

Aux valeurs, Adidas figure parmi les plus forte baisses en Europe (-3,62%) après avoir lancé un avertissement sur son bilan de 2013.

Le dollar, stable en début de journée, semble s'orienter légèrement à la baisse face à l'euro et à un panier de monnaies, contre lequel il avait inscrit un plancher de sept mois mercredi.

Les analystes pensent que le billet vert risque de souffrir dans les jours à venir des nouvelles incertitudes sur la politique monétaire de la Fed, le marché n'ayant guère réagi aux derniers indicateurs économiques américains pourtant positifs.

L'euro pour sa part pourrait subir un impact du fait des élections législatives en Allemagne dimanche. Si la chancelière Angela Merkel semble assurée d'obtenir dimanche un troisième mandat à la tête du gouvernement - performance que seuls Konrad Adenauer et Helmut Kohl ont réalisé avant elle -, elle risque pourtant de se retrouver obligée de composer avec le SPD au sein d'une "grande coalition".

Sur le marché pétrolier, le brut léger américain se replie, tandis qu'au contraire le Brent de Mer du Nord remonte au-dessus des 109 dollars le baril.

Mais il est bien parti pour accuser sa plus forte perte hebdomadaire en trois mois en raison de la hausse de la production libyenne et des préoccupations géopolitiques quelque peu apaisées vis-à-vis de l'Iran. Dans une tribune publiée jeudi par le Washington Post, le président iranien Hassan Rohani invite les grandes puissances à "saisir l'opportunité" de son arrivée aux affaires pour entamer un dialogue constructif avec la République islamique.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M78543 le vendredi 20 sept 2013 à 13:38

    C'est normal , les bourricots , on change de mois sur les derivés