Les Bourses européennes hésitent à l'ouverture

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS HÉSITENT À L'OUVERTURE
LES MARCHÉS EUROPÉENS HÉSITENT À L'OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert sur une note hésitante lundi, à l'entame d'une semaine marquée par les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Japon et une accélération des publications de résultats.

À Paris, l'indice CAC 40 gagnait 0,1% à 4.386,30 points à 09h20. À Francfort, le Dax progressait également de 0,1% et à Londres, le FTSE était stable.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,02% et le FTSEurofirst 300 avance de 0,25%.

Aux valeurs, Ryanair s'adjuge 5,5% à Dublin, la meilleure performance du FTSEurofirst 300, après avoir confirmé ses prévisions de résultats pour l'exercice en cours en dépit du vote britannique en faveur du Brexit.

Ericsson suit avec une hausse de 5,1% après l'annonce du départ de son directeur général, qui paie les mauvais résultats de l'équipementier télécoms suédois.

William Hill bondit de plus de 9,3% à la Bourse de Londres, en tête des hausses du Stoxx 600, le premier bookmaker britannique ayant confirmé avoir reçu une approche très préliminaire du groupe de paris en ligne 888 Holdings et de l'exploitant de casinos Rank Group.

A la Bourse de Paris, LVMH prend 0,84% après avoir annoncé la cession de Donna Karan et ses marques Donna Karan et DKNY à G-III Apparel Group pour une valeur d'entreprise de 650 millions de dollars.

Seb prend plus de 4,4%. Le spécialiste du petit équipement domestique s'est dit confiant sur l'exercice en cours en dépit de résultats semestriels marqués par les dévaluations monétaires dans des pays émergents et une baisse de son activité en Amérique du Nord.

Sur le marché des changes, le dollar reste ferme, soutenu par un changement des anticipations sur le calendrier de relèvement des taux par la Réserve fédérale dont le comité de politique monétaire se réunit mardi et mercredi, après une série d'indicateurs conjoncturels robustes aux Etats-Unis.

Les futures sur les taux d'intérêt américains, qui excluaient une hausse des taux cette année depuis le vote britannique sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, le 23 juin, intègrent désormais une probabilité de 40% d'une hausse de taux de 25 points de base d'ici la fin de l'année. Aucune hausse de taux n'est toutefois attendue cette semaine.

L'indice du dollar contre un panier de devises de référence, qui a atteint un plus haut de quatre mois et demi vendredi à 97,543, est quasi-stable à 97,397 (-0,07%).

L'euro est peu changé autour de 1,0965 dollar après être tombé vendredi à un plus bas d'un mois à 1,09555.

La devise japonaise s'échange à 106,06 yens pour un dollar, en repli de 0,15%, après un plus bas de six semaines vendredi à 107,49. Le comité de politique monétaire de la Banque du Japon se réunit jeudi et vendredi.

Le pétrole reste proche de plus bas de deux mois atteints la semaine dernière avec le regain d'inquiétudes sur un excédent d'offre sur le marché. Le contrat septembre sur le Brent de la mer du Nord cède 7 cents (-0,14%) à 44,13 dollars le baril. Celui sur le brut léger américain (WTI, West Texas Intermediate) recule de 8 cents (-0,18%) à 45,61 dollars.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant