Les Bourses européennes font du surface en début de matinée

le
0

Les Bourses européennes faisaient du surplace mercredi en début de matinée, marquant une pause après leur vive hausse de la veille, coincées entre l'annonce d'une nouvelle activité de fusions & acquisitions dans le secteur des télécoms et le retour des inquiétudes sur la Grèce.

À Paris, l'indice CAC 40 était inchangé à 5.117,09 points vers 09h45. À Francfort, le Dax perdait 0,05% mais à Londres, le FTSE prenait 0,14%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagnait 0,02% et le FTSEurofirst 300 0,19%.

En fin de journée mardi, les créanciers européens de la Grèce ont tempéré les espoirs d'Athènes d'une issue rapide des négociations sur le déblocage de la dernière tranche du plan d'aide, soulignant au contraire qu'il fallait accélérer les discussions pour conclure avant que le pays ne se retrouve à court d'argent.

De son côté, le porte-parole de Syriza, le parti au pouvoir, au Parlement, a dit que la Grèce ne verserait pas au Fonds monétaire international (FMI) un remboursement prévu le 5 juin si aucun accord n'est conclu d'ici là avec ses créanciers.

L'euro, qui avait déjà perdu près de 1,5% mardi à la suite de déclarations de membres de la Banque centrale européenne (BCE) évoquant une augmentation temporaire du montant des rachats d'actifs mensuels de la BCE, perd encore 0,5% après les nouvelles craintes sur la Grèce.

La monnaie unique, retombée à un creux d'au moins deux semaines sous la barre de 1,11 dollar, a déjà perdu 3,2% depuis le début de la semaine face au dollar alors qu'elle avait progressé de 2,2% la précédente.

La cote est toutefois soutenue par de nouvelles annonces de fusions & acquisitions dans le secteur des télécoms.

L'action Altice bondit de près de 7,5%, plus forte hausse de l'indice Stoxx 600, après que l'opérateur contrôlé par l'homme d'affaires Patrick Drahi a annoncé son entrée sur le marché du câble aux Etats-Unis avec le rachat de l'opérateur Suddenlink Communications dans le cadre d'une opération valorisant cette entreprise à 9,1 milliards de dollars (8,22 milliards d'euros).

Le titre Vodafone avance pour sa part de 3,2% à la suite de déclarations faites par John Malone, président du câblo-opérateur américain Liberty Global, disant qu'un rapprochement avec l'opérateur britannique représenterait une "formidable complémentarité".

Toujours dans le secteur des télécoms, l'opérateur suédois Tele2 accuse la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600, avec un plongeon de 14,3%.

L'action Burberry (-4,0%) figure également parmi les plus fortes baisses après que le groupe de luxe britannique a revu à la baisse sa prévision de bénéfice pour les ventes en gros et de détail, tout en disant avoir constaté une incertitude accrue sur certains marchés.

Dans le secteur bancaire, le titre UBS (+2,83%) se distingue suite à sa décision d'accepter de verser 545 millions de dollars (489 millions d'euros) d'amendes dans le cadre d'un accord avec les autorités américaines au sujet de manipulations présumées des taux de changes, tout en plaidant coupable de fraude dans un autre dossier, celui du Libor.

UBS fait partie des cinq grandes banques qui devraient écoper ce mercredi d'amendes d'un montant cumulé de plus de cinq milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) dans le cadre d'un accord amiable avec les autorités américaines et britanniques concernant des manipulations présumées sur le marché des changes.

En dehors du marché actions, les cours du pétrole, malgré la vigueur du dollar, se reprennent après leur chute de la veille, les analystes expliquant cette bonne orientation notamment par le PIB japonais et par une plus grande confiance des consommateurs australiens, deux facteurs susceptibles de donner un coup de pouce à la demande.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant