Les Bourses européennes finissent une nouvelle fois en recul

le
0

PARIS/NEW YORK (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé une nouvelle fois dans le rouge mercredi, les investisseurs ayant manifestement opté pour la prudence à quelques heures de la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,34% à 4.015,09 points. Le Footsie britannique a perdu 0,97% et le Dax allemand 0,18%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 abandonnait 0,48% et le FTSEurofirst 300 0,59%.

Les marchés actions, qui se préparent à la diminution annoncée des achats de dette de la Fed, l'un de leurs principaux moteurs ces derniers mois, redoutent de trouver dans ce compte-rendu de nouveaux éléments accréditant l'hypothèse de voir la banque centrale entamer dès le mois prochain la réduction de ces achats, actuellement menés au rythme de 85 milliards de dollars par mois.

Au moment de la clôture en Europe, la Bourse de New York était elle aussi dans le rouge: l'indice Dow Jones cédait 0,46%, le Standard & Poor's 500 0,44% et le Nasdaq 0,3%. Le marché américain a ignoré l'annonce d'une hausse soutenue des reventes de logements le mois dernier, au plus haut depuis plus de trois ans.

En Europe, la baisse a surtout touché les valeurs financières : l'indice Stoxx des banques a reculé de 1,26% et celui des services financiers de 1,15%, celui de l'assurance 0,8%. Axa a poursuivi sa baisse, cédant 1,47%.

Sur le marché des changes, le dollar se redresse face à l'euro après le plus bas de six mois touché mardi face à la monnaie unique à 1,3452. Le billet vert, qui avait souffert ces derniers jours des incertitudes sur le calendrier prévisible de l'inflexion de la politique de la Fed, progresse de % face à un panier de devises de référence.

La séance a aussi été marquée par un nouveau plus bas historique de la roupie indienne, l'une des principales victimes du mouvement global de retrait des capitaux étrangers des marchés émergents, un phénomène là encore lié aux anticipations sur la politique monétaire américaine.

La prudence des investisseurs se traduit aussi par une hausse des cours des emprunts d'Etat américains et allemands.

Sur le marché pétrolier, le Brent est revenu sous 110 dollars le baril en réaction à des informations selon lesquelles les exportations libyennes, fortement perturbées, pourraient augmenter prochainement. Mais ce repli est limité par les dernières statistiques des stocks aux Etats-Unis, qui montrent une baisse des réserves de carburants.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant