Les Bourses européennes finissent nettement dans le rouge

le
2
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont fini lundi nettement dans le rouge, les investisseurs prenant leurs bénéfices après les progressions enregistrées la semaine dernière et s'inquiétant pour l'économie mondiale à la suite d'un nouvel indicateur confirmant la panne de la croissance chinoise.

Le CAC 40 parisien a cédé 1,46% (72,98 points) à 4.911,17 points. A Francfort, le Dax a perdu 1,57% et à Londres, le FTSE a abandonné 0,92%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'Eurostoxx 50 ont reculé respectivement de 1,12% et 1,44%.

La Bourse de Lisbonne s'est repliée pour sa part de 4,05% après l'annonce d'un accord entre les socialistes portugais et deux formations à la gauche de l'échiquier politique au Portugal pour faire tomber le gouvernement de centre droit de Pedro Passos Coelho, minoritaire au Parlement, et lui substituer un gouvernement de gauche.

"Le vent de la crise semble à nouveau se lever au Portugal (...) mais nous maintenons une prévision constructive à moyen terme", écrivent dans une note les stratégistes de Credit Suisse.

Les marchés s'inquiètent plus généralement pour la croissance mondiale après la publication, dimanche, de chiffres décevants du commerce extérieur chinois qui expliquent en partie pourquoi Wall Street évolue à la baisse à l'heure de la clôture en Europe.

Autre motif d'inquiétude pour les marchés, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a encore abaissé ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2015 et 2016 en raison notamment de l'affaiblissement des économies émergentes.

Aux valeurs, le titre de l'équipementier automobile Continental a chuté de 5,29%, la deuxième plus forte baisse de l'Eurofirst 300 derrière le groupe minier Glencore (-5,31%), après avoir livré des résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Renault cède de son côté 3,51%, le plus net repli du CAC, alors que se poursuit le bras de fer entre l'alliance Renault-Nissan et l'Etat français.

Ces deux valeurs ont pesé sur l'indice sectoriel de l'automobile, qui perd 2,34%.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Alex282 le lundi 9 nov 2015 à 18:57

    Il faudrait surtout ne plus autoriser la vente à découvert et il y aurait moins de turbulences mais cela fait trop l'affaire des HF !!

  • patmat63 le lundi 9 nov 2015 à 18:23

    quels investisseurs ? Des bénéfices pour qui ? ça suffit !