Les Bourses européennes finissent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé jeudi en ordre dispersé, le mouvement de hausse de l'euro et des rendements obligataires qui avait rendu les marchés nerveux marquant une pause.

À Paris, l'indice CAC 40 a effacé une partie de ses pertes pour finalement céder 14,37 points (0,29%) à 4.967,22 points. À Francfort, le Dax s'est retourné pour terminer sur un gain de 0,51% tandis qu'à Londres, le FTSE 100 reculait de 0,67%, pénalisé par l'incertitude sur le résultat des élections législatives en Grande-Bretagne.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300, qui a touché en séance son plus bas niveau depuis le mois de février, a terminé pratiquement à l'équilibre (+0,08%), tout comme l'Eurostoxx 50 de la zone euro (+0,05%).

Les investisseurs craignent toujours que la tendance observée récemment avec une hausse à la fois des rendements obligataires, de l'euro et des cours du brut ne brise l'espoir né de l'amorce d'une reprise de la croissance en zone euro.

Tous ces fronts ont toutefois connu jeudi un apaisement avec un repli de l'euro face au dollar, une pause dans la flambée du rendement du Bund allemand à 10 ans et une nette baisse du Brent de mer du Nord, toujours aussi volatil.

En France, l'adjudication mensuelle d'obligations assimilables du Trésor (OAT) de maturité longue n'a pas échappé à ce que des intervenants appellent le "choc obligataire", à l'oeuvre depuis près d'une semaine, avec un coût de financement à 10 ans qui a plus que doublé en un mois.

Les Britanniques élisent pendant ce temps leurs représentants à la Chambre des communes et à travers eux le Premier ministre qui dirigera la cinquième puissance économique mondiale. Le scrutin s'annonce particulièrement indécis.

Aux valeurs à Paris, Axa (+2,8%) pointe en tête de l'indice CAC 40 au lendemain de la publication par l'assureur français d'indicateurs trimestriels bien accueillis.

Alcatel-Lucent (+2,4%) vient juste derrière après avoir sensiblement amélioré sa marge au premier trimestre. Nokia, qui est en passe de racheter son concurrent franco-américain, prend de son côté 4,2%, l'une des plus fortes hausses de l'Eurofirst 300.

A Francfort, Metro chute de plus de 5% après le placement réussi de 16,5 millions d'actions par le fonds allemand Haniel, qui a ramené sa part dans le capital du distributeur à environ 25%.

Adecco abandonne 6,2% à la suite du départ de son directeur général et de son directeur financier, qui jette une ombre sur les perspectives du groupe d'intérim.

A Londres, l'action du brasseur SABMiller a gagné 3,7%, les traders évoquant la rumeur d'une éventuelle OPA de la part du concurrent Anheuser-Busch InBev.

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street était orientée modérément à la hausse dans un marché attentiste à l'approche de la publication, vendredi, des chiffres du chômage aux Etats-Unis pour le mois d'avril.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant