Les Bourses européennes finissent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse la dernière séance de la semaine. Les cours, orientés dans un premier temps à la baisse, se sont retournés après la publication de bons indicateurs américains.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,69% (23,56 points) à 3.435,09 points et a enregistré un recul de 1,98% sur la semaine. Le Footsie britannique a pris 0,03% sur la séance et le Dax allemand 0,44%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 0,13%.

La croissance américaine a progressé à un rythme supérieur aux attentes au troisième trimestre, les dépenses des ménages solides ayant compensé sur le tard un recul des investissements privés.

Cette amélioration a trouvé un écho avec la publication de l'indice Thomson Reuters/Université du Michigan, qui s'est inscrit en octobre à un plus haut de cinq ans.

Aux valeurs, Ericsson perd 3,88% après avoir fait état d'une chute de 42% de son résultat brut opérationnel au troisième trimestre, sous le coup d'une baisse des investissements de ses clients.

Renault perd 1,8% après avoir annoncé la veille que ses ventes mondiales risquaient de baisser en 2012.

L'euro recule pour la quatrième séance consécutive face au dollar contre lequel il a touché un plus bas de deux semaines, et face au yen, reflétant les craintes de voir la Grèce échouer à remplir ses objectifs budgétaires. Selon une source européenne ayant eu accès à un rapport préliminaire du Fonds monétaire international (FMI), la dette grecque dépassera l'objectif fixé par les créanciers internationaux à 120% du produit intérieur brut (PIB) en 2020.

Les investisseurs s'inquiètent également de voir l'Espagne tarder à solliciter une aide internationale.

Alors que les résultats d'entreprise peinent à convaincre les investisseurs, les cours des Treasuries bénéficient d'un regain d'intérêt pour les valeurs-refuge.

Les cours du Brent se reprennent et se rapprochent des 109 dollars le baril, les signes d'amélioration de la conjoncture aux Etats-Unis rassurant les investisseurs sur les perspectives de demande mondiale d'or noir.

Catherine Monin pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant