Les Bourses européennes finissent en forte hausse grâce à Pékin

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse vendredi et atteint leurs plus hauts niveaux depuis deux mois, emmenées par les valeurs liées aux exportations, après l'annonce surprise par la Chine d'une nouvelle baisse de taux d'intérêt.

L'assouplissement inattendu de la politique monétaire de Pékin a amplifié la progression des marchés actions au lendemain de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) et de l'évocation par le président de celle-ci, Mario Draghi, de la possibilité de nouvelles mesures de soutien en décembre.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 2,53% (+121,46 points) à 4.923,64 points. Le Footsie britannique a pris 1,06% et le Dax allemand 2,88%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 progressait de 2,17% et le FTSEurofirst 300 de 1,91%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était aussi en nette hausse, la décision chinoise amplifiant l'impact favorable des bons résultats d'Alphabet, Microsoft et Amazon, dont les titres prenaient entre 7% et 11%. Le Dow Jones gagnait 0,45%, le Standard & Poor's-500 0,63% et le Nasdaq Composite 1,79%.

La baisse de taux annoncée par la Banque populaire de Chine est la sixième en moins d'un an et s'accompagne d'une réduction du taux de réserves imposé aux banques, dans le but de soutenir le crédit et la croissance.

"Tous les secteurs tournés vers l'export qui ont souffert en août et en septembre, comme le luxe et les grands industriels, vont à coup sûr bénéficier de la baisse de taux chinoise", a commenté Enrico Vaccari, gérant de Consultinvest.

L'indice Stoxx européen de l'automobile a pris 3,04%, celui des ressources de base 2,44%.

Les constructeurs automobiles profitent aussi de la baisse de l'euro déclenchée par les propos de Mario Draghi et qui s'est poursuivie vendredi, faisant tomber la monnaie unique à son plus bas niveau depuis le 18 août, à 1,1015 dollar.

Sur le marché obligataire, l'"effet BCE" a entre autres ramené pour la première fois les rendements des obligations souveraines italiennes et espagnoles à deux ans en territoire négatif.

Au-delà des nouvelles liées aux politiques monétaires, les marchés actions européens ont aussi bénéficié de plusieurs bonnes surprises en matière de résultats de sociétés.

Le groupe français de luxe Kering, propriétaire de Gucci entre autres, a gagné 10,6%, la plus forte hausse du CAC, la baisse de ses ventes au troisième trimestre ayant été plus limitée qu'attendu.

L'assureur norvégien Gjensidige a quant à lui bondi de 12,28%, la meilleure performance du FTSEurofirst 300, après la publication d'un bénéfice trimestriel supérieur aux estimations.

A l'inverse, Ericsson a cédé 6% après des trimestriels sous le consensus, et il a entraîné dans sa chute ses rivaux Nokia (-1,5%) et Alcatel-Lucent (-0,79%, seule baisse du CAC sur la séance).

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 a progressé de 4,7% et le FTSEurofirst 300 de 3,8%.

(Danilo Masoni et Sudip Kar-Gupta; Marc Angrand pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant