Les Bourses européennes finissent en baisse

le
0

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont interrompu leur mouvement de hausse mardi, dans des volumes étroits, les investisseurs hésitant à pousser les indices vers de nouveaux records à l'avant-veille d'une réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne jugée cruciale.

L'annonce d'un nouveau ralentissement de l'inflation dans la zone euro en mai a alimenté les conjectures sur l'éventuelle annonce jeudi par la BCE de mesures destinées à faciliter le crédit et à relancer la croissance. Les investisseurs anticipent une baisse des trois taux directeurs de la BCE complétée par des mesures ciblées destinées à favoriser le crédit aux petites et moyennes entreprises.

À Paris, le CAC 40 a terminé en recul de 0,27% à 4.503,69 points. Le Footsie britannique a perdu 0,41% et le Dax allemand, qui a touché lundi un record historique juste sous les 10.000 points, a cédé 0,31%.

L'indice de la zone euro EuroStoxx 50 a abandonné 0,21% et le FTSEurofirst 300 a reculé de 0,41% au lendemain d'un pic de six ans et demi.

Malgré des indicateurs reflétant une reprise plus fragile que prévu en Europe, les marchés financiers ont été dopés ces derniers temps par les espoirs de baisse de taux et d'injection de liquidités. Ils devraient réagir très négativement si les mesures prises jeudi par la BCE s'avéraient décevantes.

De son côté, l'euro a repris du terrain après le chiffre de l'inflation en zone euro qui, bien qu'inférieure au consensus de marché, s'est révélée plus forte que certains ne l'attendaient après la publication lundi d'une inflation allemande au plus bas depuis février 2010.

"Le chiffre de l'inflation aurait pu être bien plus mauvais mais il soutient malgré tout la nécessité d'une action de la BCE jeudi", dit Jeremy Stretch, responsable de la stratégie sur le marché des changes de CIBC World Market.

La devise européenne se traite autour de 1,3625 dollar, en hausse de 0,25%, après avoir touché un plus bas de 1,3587 dollar juste après l'indice des prix.

"Dans la situation actuelle, la BCE est obligée de réagir", renchérit Mathieu L'Hoir, chez Axa Investment Managers, qui gère 562 milliards d'euros.

"Si (le président de la BCE, Mario Draghi) ne fait rien, vous pouvez être absolument sûr que l'euro passera la barre de 1,40 et continuera à monter", ajoute-t-il, rappelant que la hausse de l'euro fait baisser les prix à l'importation et alimente les pressions déflationnistes en Europe.

Sur le marché obligataire aussi, les rendements du Bund se sont tendus, la dette de long terme allemande ayant été victime de prises de profits après une inflation en zone euro que certains intervenants attendaient encore plus faible.

Aux valeurs, Eutelsat (-3,65%) a subi la plus forte perte de l'Eurostoxx 600 et du SBF120 après la sortie d'Abertis de son capital.

Générale de Santé a bondi de 3,93% en perspective d'une bataille pour le rachat du gestionnaire de cliniques et hôpitaux privés.

Sur le front du pétrole, le Brent Mer du Nord s'est replié sous la barre des 109 dollars le baril face à la faiblesse de la demande de raffinage en Europe. De bons indicateurs d'activité en Chine ont toutefois limité les pertes.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant