Les Bourses européennes finissent dans le vert, sauf Londres

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé mardi dans le vert une séance marquée par la prudence dans l'attente d'indices de la part de la présidente de la Réserve fédérale sur le calendrier des hausses de taux d'intérêt aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40, a gagné 0,85% (+36,99 points) à 4.366,67. Il a notamment été soutenu par des gains de 2,83% pour Veolia Environnement et 2,28% pour LVMH, qui ont profité respectivement d'un relèvement d'objectif de cours et d'une recommandation améliorée.

À Francfort, le Dax a progressé de 0,37% tandis qu'à Londres, le FTSE, ralenti par les valeurs minières, terminait pratiquement inchangé (-0,01%). L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro ont progressé respectivement de 0,42% et 0,61%.

Reprenant du service après le long week-end pascal, les places européennes ont fermé alors que Janet Yellen devait prendre la parole devant l'Economic Club de New York. Les marchés tentent de savoir combien de fois la Fed pourrait relever ses taux cette année et quand interviendra la prochaine hausse.

Du côté des valeurs, les ressources de base (-2,19%) ont accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe devant le secteur pétrolier (-1,01%). Les cours du Brent ont chuté de plus de 3% sur des anticipations d'une nouvelle hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Autre indice dans le rouge, celui des banques (-0,54%) avec des replis de 6,78% pour la banque portugaise Millennium, plus forte baisse du Stoxx 600, et 4,78% pour Banca Monte dei Paschi di Siena

La première a reculé en réaction à la baisse du titre de son concurrent local BPI (-6,74%) à la suite de la rupture des discussions sur le rachat par Caixabank de la participation d'Isabel dos Santos dans la banque portugaise.

Derrière ces deux banques, les géants miniers Glencore (-4,9%) et Anglo American (-4,33%) figurent parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600.

Sur le marché des changes, attentiste lui aussi avant la prise de parole de Janet Yellen, le dollar était pratiquement inchangé face à un panier de devises de référence

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant