Les Bourses européennes finissent dans le vert

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi et Wall Street était bien orientée à la faveur d'une croissance plus soutenue que prévu aux Etats-Unis et de la perspective d'un report des frappes internationales contre Damas, les investisseurs demeurant en alerte sur les développements de la crise syrienne.

"Le sentiment d'ensemble demeure prudent mais le fait qu'une action militaire contre la Syrie n'apparaisse plus imminente conduit un certain nombre d'investisseurs à parier sur un rebond", a déclaré Guillaume Dumans, codirigeant de 2Bremans.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,65% (+25,89 points) à 3.986,35 points vers 17h45. Le Footsie britannique avance de 0,82% et le Dax allemand de 0,45%. L'indice EuroStoxx 50 gagne 0,57% et le FTSEurofirst300 0,71%.

L'indice de référence de la place de Milan FTMIB, en hausse de près de 1%, a de nouveau surperformé ses homologues européens à la faveur du bon déroulement d'une adjudication de six milliards d'euros d'emprunts à cinq et dix ans par le Trésor italien au lendemain d'un compromis sur la fiscalité trouvé par les partis de la coalition au pouvoir.

Aux valeurs, Vodafone Group (+8,16%) termine en tête des hausses de l'EuroFirst300 après avoir confirmé des discussions avec l'américain Verizon Communications sur une éventuelle cession de sa participation de 45% dans leur filiale commune Verizon Wireless. .

Carrefour se distingue également avec une hausse de 5,60%, le marché saluant des résultats financiers marqués par une nette amélioration de ses performances sur le marché français. .

La croissance de l'économie américaine a accéléré plus que prévu au deuxième trimestre, selon une estimation révisée publiée par le Département du commerce et les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine au 17 août ont reculé confortant la perspective d'un durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale dès le mois prochain.

La réaction positive des marchés d'actions à ces chiffres semble indiquer que les investisseurs sont confiants sur la solidité de la reprise américaine et sa capacité à absorber un durcissement des conditions financières.

Le rendement des emprunts du Trésor américain s'est tendu après ces annonces, repassant au-dessus de 2,80% sur les échéances à dix ans, tandis que le dollar s'est apprécié, son indice contre un panier des principales devises touchant un plus haut de trois semaines.

Plusieurs devises émergentes sous pression avec la perspective d'un infléchissement de la politique monétaire américaine, comme les roupies indonésienne et indienne ou le real brésilien, se sont toutefois reprises contre le billet vert après les mesures prises ou annoncées par leurs instituts d'émission respectifs afin d'enrayer les sorties de capitaux.

Les marchés pétroliers ont marqué le pas après leur forte hausse depuis le début de la semaine liées aux tensions géopolitiques sur la Syrie.

Le contrat octobre sur le baril de Brent se négocie autour de 116 dollars après avoir atteint mercredi un plus haut de six mois à 117,34 dollars.

Au lendemain d'un plus haut de trois mois et demi à 1.433,31 dollars, l'once d'or a poursuivi son repli pour revenir à 1.406 dollars.

Marc Joanny, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant