Les Bourses européennes finissent dans le vert

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, à des plus hauts de 13 mois, soutenues par des indicateurs américains encourageants et des espoirs d'actions concertées des responsables politiques pour endiguer la crise en zone euro.

À Paris, le CAC 40 a progressé de 0,23% (+7,89 points) à 3.488,38 points. L'indice affiche une hausse de 1,54% sur la semaine.

Le Footsie britannique a avancé de 0,31% et le Dax allemand de 0,64%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a pris 0,52%.

Aux Etats-Unis, l'indice des indicateurs avancés, qui préfigure l'évolution de l'activité économique dans le pays, a progressé plus que prévu en juillet, tandis que le moral des ménages américains s'est amélioré début août pour atteindre un plus haut de trois mois.

Sur le front de la crise en zone euro, le soutien apporté jeudi soir par la chancelière allemande Angel Merkel aux efforts de la Banque centrale européenne (BCE) pour sortir de la crise de la dette a aussi rassuré les investisseurs.

"La discussion politique est devenu plus solide et plus constructive", a observé Francesco Curto, directeur du groupe de stratégie d'investissement et d'évaluation CROCI.

Le regain d'appétit pour les actions a profité aux valeurs cycliques, le compartiment automobile signant la plus forte hausse sectorielle en Europe (+2,07%) devant les valeurs bancaires (+1,77%). L'action de la banque italienne Monte dei Paschi di Siena s'est en particulier envolée de 17,58% sur des spéculations concernant l'entrée de nouveaux investisseurs à son capital.

La détente sur le front de la crise en zone euro s'est traduite par une baisse des rendements obligataires italiens et espagnols. Le rendement des obligations espagnoles à 10 ans a ainsi reculé de dix points de base à 6,47%.

Toutefois, le rendement du Bund allemand s'est aussi inscrit en repli à 1,49%, signe de tensions persistantes alors que la question d'un éclatement de la zone euro est revenue dans le débat vendredi et qu'une aide à l'Espagne a été ouvertement évoquée par un responsable politique espagnol.

L'euro se repliait également face au dollar, le billet vert profitant de la publication de statistiques économiques meilleures qu'attendu.

Même tendance à la baisse sur les marchés pétroliers où le Brent se négociait à moins de 114 dollars. Les cours étaient affectés par des rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis pourraient puiser dans leurs réserves pétrolières et par la perspective d'un rebond de la production de pétrole en Mer du Nord après septembre.

Blandine Hénault pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant