Les Bourses européennes finissent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini lundi dans le rouge, pénalisées par la crainte d'un prochain tour de vis monétaire aux Etat-Unis ainsi que par un plongeon de Bayer après l'officialisation de l'offre du géant allemand de la chimie sur l'américain Monsanto, premier semencier mondial.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,66% (-28,80 points) à 4.325,10 points. À Francfort, le Dax a cédé 0,74% et à Londres le FTSE a reculé de 0,32%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro ont abandonné respectivement 0,39% et 0,99%.

Malgré la stabilisation du dollar, qui marque une pause après une longue séquence haussière ouverte par la perspective d'une remontée des taux d'intérêt américains dès le mois prochain, les cours du pétrole et d'autres matières premières sont en baisse, en raison notamment d'inquiétudes sur les conséquences sur le billet vert d'un renchérissement du coût du crédit aux Etats-Unis.

Le plus fort repli sectoriel en Europe est pour l'indice de la chimie, qui recule de 1,52% avec de lourdes chutes non seulement pour Bayer mais également pour OCI.

Bayer a cédé 5,72% après avoir dévoilé une offre de 62 milliards de dollars (55,2 milliards d'euros) sur Monsanto

L'action OCI, également une composante de cet indice de la chimie, a chuté pour sa part de 9,85%, la plus forte baisse du Stoxx 600, après la décision de l'américain CF Industries de renoncer à l'accord de fusion annoncé l'an dernier entre les deux entreprises, en raison des dispositions prises par le Trésor américain pour éviter des acquisitions motivées par des raisons fiscales.

Fiat Chrysler Automobiles (-4,44%) a pesé sur le compartiment automobile (-1,08%) et sur la Bourse de Milan (-2,74%) après un article de la presse allemande accusant le constructeur italo-américain d'avoir, à l'instar de Volkswagen, mis en place dans certains de ses modèles un logiciel permettant de fausser la mesure des émissions polluantes.

Contre la tendance européenne, la Bourse d'Athènes a gagné 1,5%, portée par le secteur bancaire (+5,04%), les investisseurs faisant un bon accueil à l'adoption, dimanche, par le Parlement grec d'un ensemble de mesures destinées à convaincre les créanciers internationaux de débloquer une nouvelle tranche d'aide et d'entamer des négociations sur l'allègement de la dette.

Sur le marché obligataire, l'écart de rendement entre les obligations souveraines grecques à 10 ans et leur équivalent allemand s'est resserré à 720 points de base, touchant un creux de six mois.

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street évolue sans tendance claire dans un marché animé surtout par le débat sur le calendrier que choisira la Fed pour relever ses taux d'intérêt.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant