Les Bourses européennes finissent dans le rouge

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en repli mardi pour la plupart, alourdies par l'ouverture en baisse de Wall Street dans l'après-midi et par un net recul du compartiment automobile.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,34% (14,71 points) à 4.297,57 points après être monté jusqu'à 4.362 le matin. Le Dax allemand a cédé 0,63%, pénalisé par ses constructeurs automobiles, mais le Footsie britannique a grappillé 0,27% grâce à son important compartiment minier et à Vodafone.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a reculé de 0,03% et l'EuroStoxx 50 % de 0,45%.

Le compartiment automobile (-2,66%) a accusé de loin la plus forte baisse sectorielle, dans le sillage de Fiat Chrysler Automobiles qui a lâché 6,67% après un abaissement de recommandation d'Exane BNP Paribas. Le titre a réalisé la plus mauvaise performance de l'Eurofirst 300 devant Peugeot (-4,10%), et Renault (-3,05%), BMW (-3,00%) et Volkswagen (-2,68%) ont aussi subi des dégagements.

A l'inverse, les valeurs des ressources de base (+1,87%) ont profité de la remontée des cours des matières premières et du pétrole. Anglo American a gagné 3,15% et BHP Billiton 2,55%.

Vodafone, en hausse de 1,50% après ses résultats, a aussi contribué à la bonne tenue de la place londonienne. L'indice des télécommunications a pris 0,87%, deuxième meilleure performance sectorielle.

Après une note positive d'UBS sur le secteur et l'annonce par Eurobank de son premier bénéfice trimestriel depuis 2011, les banques grecques ont vu leur indice grimper de 3,7%, permettant à la Bourse d'Athènes de finir dans le vert (+0,95%).

Sur le marché des changes, le dollar a cédé du terrain face aux principales devises, les intervenants ne croyant pas à un relèvement rapide des taux d'intérêt de la Réserve fédérale en dépit de la publication de statistiques robustes aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole repartent à la hausse en fin de journée dans l'anticipation d'une deuxième semaine consécutive de baisse des stocks aux Etats-Unis, la statistique étant attendue mercredi. Le baril de Brent gagnait 1% à la clôture des places européennes, à un nouveau plus haut de six mois de 49,48 dollars qui porte sa progression à plus de 31% depuis le début de l'année.

(avec Atul Prakash à Londres et Danilo Masoni à Milan, Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant