Les Bourses européennes évoluent peu à la mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT PEU À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT PEU À LA MI-SÉANCE

(Reuters) - Les Bourses européennes évoluent sans grand changement à la mi-séance jeudi, les futures de Wall Street prédisent pour l'instant une ouverture quasi-inchangée et l'euro oscille autour du seuil de 1,36 dollar, non loin de son récent plus bas de quatre mois, les investisseurs retenant leur souffle avant l'annonce des décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Cette dernière pourrait annoncer, à 11h45 GMT, une baisse de ses trois taux directeurs, qui aurait notamment pour conséquence de faire passer le taux de sa facilité de dépôt en territoire négatif.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient en moyenne une baisse du taux de refinancement, le principal instrument de la politique monétaire de la zone euro, à 0,10% contre 0,25% aujourd'hui. Cette baisse de taux pourrait s'accompagner de nouvelles mesures d'injections de liquidités sur les marchés.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,09% à 4.505,09 points vers 10h40 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,06% et à Londres, le FTSE cède 0,31%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 prend 0,13% et le FTSEurofirst 300 est pratiquement inchangé.

Les futures sur indices américains suggèrent une ouverture quasi-inchangée à Wall Street, où le Standard & Poor's-500 a inscrit mercredi un nouveau record historique de clôture.

En entretenant ces dernières semaines les anticipations d'une inflexion marquée de sa stratégie ce jeudi pour soutenir la croissance et le crédit et endiguer une possible menace déflationniste, la BCE a pris le risque de décevoir si ses annonces ne sont pas à la hauteur des attentes.

Les responsables de la BCE doivent "croiser les doigts" en espérant voir baisser l'euro, mais cette baisse n'est pas assurée, estime Steve Barrow, responsable de la stratégie de Standard Bank, dans une note.

"Parvenir à affaiblir l'euro implique de combattre deux ennemis: les fondamentaux économiques et la léthargie des marchés. Combinez les deux et la probabilité d'un succès important de la BCE semble limité", ajoute-t-il.

La monnaie unique a déjà perdu quatre cents face au dollar depuis la réunion de politique monétaire du 8 mai. La semaine dernière, elle avait touché un point bas à 1,3588 dollar.

Le dollar recule légèrement face à un panier de devises de référence, avant la BCE et à la veille des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis.

Aux valeurs, Deutsche Bank perd 1,16% à 29,37 euros après avoir fixé à 22,50 euros le prix de son augmentation de capital, qui doit lui rapporter 6,75 milliards d'euros.

Le groupe français de spiritueux Rémy Cointreau gagne quant à lui 2,38% après après avoir ouvert en baisse de plus de 3% en réaction à la forte baisse de ses résultats annuels, ses prévisions ayant visiblement rassuré.

Le titre BNP Paribas est pratiquement inchangé alors que les démélés judiciaires de la banque aux Etats-Unis pourraient être abordés lors de la rencontre entre les présidents français et américain en fin de journée.

Sur le marché pétrolier, le Brent est revenu à son plus bas niveau depuis trois semaines, sous 108 dollars le baril, les risques de tensions liés à la situation en Ukraine semblant diminuer, tandis que les stocks américains dépassent les prévisions.

* Tableau des principaux marchés mondiaux :

(Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ouakal le jeudi 5 juin 2014 à 13:46

    Les bourses stables en attendant les propos vides de sens du grand marabout.Je peux d'ores et déjà vous dire ce qu'il va se passer : les marchés vont monter encore et encore,la planche à billet va tourner encore plus vite,la fuite en avant continue,droit dans le mur......en avant toute !Pendant ce temps les russes et les chinois accumulent l'or de la planète,les seuls à avoir compris réellement ce qui se passe.