Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance

le
0
LES BOURSES DE PARIS ET FRANCFORT EN BAISSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES DE PARIS ET FRANCFORT EN BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance mercredi, les pertes de certaines places ou indices étant limitées par le bond du secteur de l'énergie avec l'annonce d'une OPA de Royal Dutch Shell sur BG Group.

À Paris, le CAC 40 perd 0,44 point, soit 0,01%, à 5.150,75 points vers 12h15. À Francfort, le Dax recule de 0,39% mais à Londres, le FTSE gagne 0,59%, soutenu par les valeurs pétrolières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,23% mais l'EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,26%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse, dans l'attente de la publication des comptes trimestriels d'Alcoa, qui ouvre la "saison" des résultats aux Etats-Unis.

Royal Dutch Shell, le numéro un du secteur de l'énergie britannique, a dit mercredi avoir conclu un accord pour racheter BG Group pour 47 milliards de livres (64,34 milliards d'euros), réalisant la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années.

A la Bourse de Londres, le titre Royal Dutch Shell abandonne 2,14%, tandis que celui de BG Group s'envole de 36%, signant la plus forte progression du Stoxx 600. Dans son sillage, les autres compagnies pétrolières profitent du mouvement de consolidation. Tullow Oil grimpe de 10,52% et BP s'adjuge 3,32%. A Paris, Technip et Total sont en hausse avec respectivement des gains respectifs de 1,25% et 0,95%.

Sur le plan sectoriel, l'énergie bondit de 5,14%, signant la meilleure performance pour le moment devant les ressources de base (+1,96%).

Le secteur des médias anime également la cote avec l'intérêt prêté à Vivendi (+0,43%) pour le groupe britannique de télévision payante Sky (+1,36%).

Côté baisses, l'automobile accuse le plus important repli sectoriel, pénalisée par les prises de profit sur des recommandations d'analystes, malgré une hausse de 6% des immatriculations en Grande-Bretagne sur un an en mars et des ventes record pour Daimler le mois dernier.

Daimler, BMW, Peugeot et Renault perdent respectivement 1,69%, 1,96%, 2,42% et 0,07%. L'Etat français a en outre annoncé son intention d'acquérir jusqu'à 4,73% supplémentaires du capital de la marque au losange.

Sur le front pétrolier, le Brent de la mer du Nord recule de 1,30% à 58,33 dollars le baril après un mini-rally lié à l'accord cadre conclu sur le programme nucléaire iranien.

Aux changes, l'euro progresse face au dollar à 1,0867 (+0,51%), en dépit de la perspective d'un relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine plus tard dans l'année.

Sur le plan macroéconomique, les ventes au détail dans la zone euro, un indicateur de la demande des consommateurs, ont augmenté en février de 3,0% sur un an.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant