Les Bourses européennes évoluent en baisse en fin de matinée

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN BAISSE EN FIN DE MATINÉE
LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN BAISSE EN FIN DE MATINÉE

(Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en baisse en fin de matinée tandis que les contrats sur indices laissent entrevoir une ouverture en très léger repli à Wall Street, les investisseurs abordant 2014 sur une note prudente, à plus forte raison après la publication d'indicateurs témoignant d'un ralentissement dans le secteur manufacturier en Chine.

Les indices PMI manufacturiers européens ont confirmé le rebond annoncé dans leur estimation flash, reflétant d'une amélioration de la conjoncture en Allemagne, en Espagne et en Italie mais d'un détérioration en France.

A Paris, le CAC 40 recule de 0,89% (38,19 points) à 4.257,76 points vers 11h45 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,48% et à Londres, le FTSE abandonne 0,40%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède de son côté 0,63%.

"Les volumes d'échanges restent faibles (...) le rally observé la semaine dernière entraîne des prises de profits. La croissance de l'activité industrielle en Chine affecte le sentiment (des investisseurs)" déclare Brenda Kelly, stratégiste de marché chez IG.

Aux valeurs, PSA Peugeot-Citroën avance de 1,03% et Renault s'adjuge 0,43% après l'annonce d'un rebond du marché automobile en décembre.

Fiat s'illustre également en s'offrant une envolée de 13,71% dans la foulée de l'annonce du rachat de l'intégralité de Chrysler.

Sur le marché des changes, l'euro se stabilise face au yen, autour de 144 yens pour un euro et reste en baisse contre le dollar. Certains cambistes croient savoir que la hausse récente de la monnaie européenne s'explique par le rapatriement de fonds par les banques européennes et par l'expansion de l'excédent des compte courants en zone euro.

Le marché obligataire reste sur la tendance observée en fin d'année 2013 avec un rendement des Treasuries à dix ans au dessus de 3,0%, ce qui pourrait jouer sur la parité euro/dollar en faveur du billet vert.

Les contrats à terme sur les Bunds sont quant à eux revenus à un plus bas de près de quatre mois, les investisseurs continuant de délester leurs portefeuilles d'un certain nombre d'actifs refuges privilégiant des classes un peu plus risquées.

Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant