Les Bourses européennes évoluent dans le rouge à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en baisse à la mi-séance lundi après trois semaines de hausse, affectées par des prises de bénéfice et un repli du secteur bancaire, et Wall Street est également attendue en recul dans l'attente de plusieurs statistiques relatives à l'économie américaine.

À Paris, le CAC 40 perd 0,29% (-11,47 points) à 3.942,36 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,37% et à Londres, le FTSE se replie de 0,18%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 perd 0,44%.

Le Dax est tiré vers le bas par l'action Commerzbank, qui perd 4,82% à 9,93 euros et enregistre la plus forte baisse de l'Eurostoxx 600 après l'annonce que la deuxième banque d'Allemagne vendrait des actions à prix réduit à l'occasion de l'ouverture de sa période de souscription cette semaine.

C0ommerzbank plombe également l'indice des banques européennes, qui se replie de 1,70%, enregistrant la plus forte baisse sectorielle. Cet indice est également affecté par le déclin de 4,04% de Standard Chartered à Londres. Selon Bloomberg, l'investisseur Carson Block, fondateur du cabinet d'analyse Muddy Waters, parie contre la dette de la banque en raison de la détérioration de la qualité de ses prêts.

Société Générale (-2,43%), Deutsche Bank (-2,46%) et BNP Paribas (-1,77%) sont aussi en repli, et figurent toutes parmi les dix fortes baisses de l'Eurostoxx 50.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse. Le Dow Jones pourrait perdre jusqu'à 0,29% et le Standard and Poor's 500, plus large, se replierait de 0,36% dans l'attente de la publication des ventes au détail d'avril à 12h30 GMT, et de celle des stocks des entreprises en mars à 14h00 GMT.

Les investisseurs surveilleront également l'action du groupe Sprint, dont l'acquisition est l'objet d'une lutte féroce entre Dish et le japonais Softbank. Ce dernier menace de s'en prendre aux banques qui accepteraient de financer l'offre de Dish, selon des informations données en fin de semaine dernière par des sources au fait du dossier.

Le marché des changes reste marqué par la baisse du yen qui continue face au dollar (101,55 yens pour un dollar) et à l'euro (131,82 yens pour un euro), encouragée par l'absence de propos tranchés contre la politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) à l'issue de la réunion des ministres des Finances du G7 ce week-end.

Sur le marché obligataire, les futures sur le Bund allemand se relèvent, à près de 145 points, à la suite de propos d'Ignazio Visco, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), selon qui l'institution de Francfort pourrait ramener son taux de dépôt en-dessous de zéro, son niveau actuel.

Le rendement à l'adjudication des emprunts à trois ans de l'Italie est revenu sous 2%, son plus bas niveau depuis janvier, après l'adjudication de 8,0 milliards de titres, soit le haut de la fourchette indicative.

Le cours du baril de Brent, déjà affecté par la bonne tenue du dollar, est descendu sous la barre des 103 dollars, après l'annonce d'une demande chinoise de pétrole à son plus bas niveau depuis huit mois en avril.

Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant