Les Bourses européennes en repli à l'ouverture

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluaient en repli lundi dans les premiers échanges, plombées par l'effondrement des valeurs télécoms françaises et de l'action Bouygues en réaction à l'échec des négociations sur un rapprochement entre Orange et Bouygues Telecom.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,50% à 4.300,72 points vers 07h25 GMT, sous le poids d'Orange. Le Dax cède 0,24% à Francfort et le FTSE 0,03% à Londres. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,16% et le FTSEurofirst 300 0,12%, à un nouveau plus bas d'un mois.

Orange et Bouygues ont annoncé vendredi l'échec de leurs négociations sur la vente de Bouygues Telecom à l'opérateur historique, une issue qui semble mettre un terme à la consolidation du secteur engagée en France et au passage de quatre à trois opérateurs nationaux.

Le titre Bouygues chute de 15,9%, deuxième plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 derrière Altice (-17,5%) et devant Iliad (-13,4%), Numericable-SFR (-12,8%) et Orange (-5,7%).

L'indice regroupant les valeurs européennes télécoms (-1,6%) accuse la plus forte baisse sectorielle devant celui de la construction (-1,3%).

Malgré la bonne tenue de Wall Street de vendredi, la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,25% lundi, dans un marché toujours freiné par la fermeté du yen face au dollar et également affecté par des ventes décevantes des constructeurs automobiles nippons aux Etats-Unis en mars.

Face au yen, le dollar est tombé à un creux de deux semaines de 111,32 yens tandis que l'euro évoluait non loin du pic de cinq et mois et demi de 1,1438 dollar atteint vendredi face au billet vert.

La devise américaine pâtit de la prudence, encore réaffirmée la semaine dernière par la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen, dont fait montre la banque centrale des Etats-Unis en matière de resserrement monétaire et ce malgré la résistance de la première économie mondiale à une conjoncture internationale déprimée.

L'accès de faiblesse du dollar ne profite pas aux cours du pétrole, qui perdent encore 1% après avoir fortement chuté sur l'ensemble de la semaine dernière en raison de nouvelles craintes concernant la saturation du marché, exacerbées par les incertitudes entourant l'issue d'une réunion prévue mi-avril à Doha entre pays producteurs pour évoquer les modalités d'un projet de gel de la production.

Le cours de l'or recule pour sa part de 0,4% et celui du cuivre de 1%, le métal rouge reculant pour une septième séance consécutive après avoir regagné du terrain sur les mois de février et de mars.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant