Les Bourses européennes en recul dans les premiers échanges

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse mardi, après trois séances consécutives de hausse, les investisseurs étant nerveux à la veille d'une décision de la Réserve fédérale des Etats-Unis sur l'avenir de son programme de soutien à l'économie.

Les 19 membres du comité de politique monétaire de la Fed, qui se réunissent mardi et mercredi, semblent d'accord pour réduire les rachats d'actifs, actuellement maintenus au rythme de 85 milliards de dollars (64 milliards d'euros) par mois, mais divergent sur le calendrier à respecter.

À Paris, le CAC 40 perd 0,56% (-21,71 points) à 3.841,95 points vers 09h10. À Francfort, le Dax cède 0,41% et à Londres, le FTSE se replie de 0,17%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 perd 0,53%.

"On dit que la Fed va réduire (son programme de rachat d'actifs)", explique un trader. "Les marchés espèrent désormais qu'elle soit moins agressive que ce que l'on peut craindre, mais on y croit très peu."

L'indice des constructeurs automobiles perd 0,71%, et enregistre l'une des plus fortes baisses sectorielles. Les ventes de voitures neuves sont reparties à la baisse dans l'Union européenne (UE) en mai, malgré les espoirs d'une embellie nés de la première hausse en 19 mois de ces ventes en avril.

L'action EADS observe l'une des rares hausses de l'Eurostoxx 50, et gagne 0,17%, après l'annonce par easyJet d'un accord avec Airbus, filiale du groupe européen, sur l'acquisition de 35 A320 et 100 A320neo.

Sur le marché des changes, l'euro perd du terrain face au dollar, après des propos de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), qui a prévenu au cours d'une conférence que l'institution de Francfort était "prête" à prendre de nouvelles mesures pour soutenir l'économie affaiblie de la zone euro.

Sur le marché obligataire, les futures sur le Bund allemand sont en nette baisse, aux alentours de 143,5, car elles suivent le mouvement des bons du Trésor américain, en repli avant les annonces de la Fed.

Le cours du baril de Brent reste élevé, un peu en-dessous de 105,5 dollars. Les investisseurs s'inquiètent des tensions au Moyen-Orient, alors que les principaux pays occidentaux comptent profiter du G8 pour convaincre le président russe Vladimir Poutine de réduire son soutien au gouvernement syrien mené par Bachar al Assad.

Julien Dury pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant