Les Bourses européennes en recul dans les premiers échanges

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT DANS LE ROUGE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, les discussions en cours sur le dossier grec et les incertitudes sur une éventuelle intervention des banques centrales en septembre incitant les investisseurs à la prudence.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,47% (-16,21 points) à 3.416,02 points vers 09h45. À Francfort, le Dax cédait 0,29% et à Londres, le FTSE perdait 0,24%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonnait 0,37%.

La crise de la dette en zone euro revient sur le devant de la scène avec la rencontre prévue ce vendredi à 11h45 entre la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre grec Antonis Samaras. Athènes tente de convaincre ses partenaires européens de lui donner plus de temps pour mener à bien les réformes prévues par le plan d'aide accordé en mars.

Jeudi soir, Angela Merkel et François Hollande ont envoyé de Berlin un message de fermeté à la Grèce, soulignant les "efforts indispensables" pour que ce pays parvienne à se maintenir dans la zone euro.

Le retour des tensions sur la crise de la dette affectait les valeurs bancaires, l'indice Stoxx600 du secteur en Europe reculant de 0,99%.

Les valeurs cycliques industrielles étaient aussi particulièrement délaissées, à l'instar du compartiment automobile (-1,57%). La plus forte baisse sectorielle était signée par les valeurs des produits de base (-2,38%), alors qu'un analyste a abaissé son opinion sur le secteur disant avoir la conviction que les cours des métaux s'apprêtaient à diminuer.

Au-delà de la crise en zone euro, les espoirs d'une action des banques centrales en septembre pour soutenir l'économie, qui ont porté le rally boursier estival, s'amenuisent désormais.

Plusieurs déclarations contradictoires de responsables au sein de la Fed ont alimenté les doutes sur un nouveau tour d'assouplissement quantitatif (QE3) que pourrait décider la banque centrale lors de sa prochaine réunion de politique monétaire les 12 et 13 septembre. et

Les investisseurs veulent aussi savoir si la banque centrale chinoise va réagir aux derniers indicateurs jugés décevants et si la Banque centrale européenne (BCE) va procéder à des rachats de dettes souveraines qui permettraient de faire baisser les coûts d'emprunt des pays en difficulté comme l'Espagne et l'Italie.

Dans l'attente, le rendement des obligations espagnoles à 10 ans repartait à la hausse après être tombé de plus de 7% début août à 6,2% en début de semaine.

Sur le marché des changes, l'euro parvenait à résister face au billet vert, évoluant non loin d'un plus haut de sept semaines à plus de 1,25 dollar.

Sur les marchés pétroliers, le baril de Brent valait moins de 115 dollars, souffrant de prises de bénéfices sur fond de craintes ravivées pour la croissance mondiale. Les doutes sur une action de la Fed et une sortie de crise prochaine en zone euro pesaient également sur les cours du brut.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant