Les Bourses européennes en recul à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-JOURNÉE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en baisse à la mi-séance, les discussions en cours sur le dossier grec et les incertitudes sur une éventuelle intervention des banques centrales en septembre incitant les investisseurs à la prudence.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,28% (-9,67 points) à 3.423,01 points vers 13h00. À Francfort, le Dax cédait 0,44% et à Londres, le FTSE perdait 0,26%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonnait 0,29%.

"Avec Antonis Samaras (le Premier ministre grec, NDLR) qui devrait affronter un mur de résistance à Berlin aujourd'hui, les spéculations du marché sur une sortie de la Grèce de la zone euro pourraient bien être de retour. A l'entame du week-end, les investisseurs ne prendront aucun risque", a commenté Mike McCudden, chez Interactive Investor.

Le Premier ministre grec fait sa première visite officielle en Allemagne ce vendredi au cours de laquelle il va tenter de convaincre la chancelière allemande Angela Merkel de donner plus de temps à la Grèce pour mener à bien les réformes prévues par le plan d'aide accordé en mars.

Le retour sur le devant de la scène de la crise de la dette affecte les valeurs bancaires, l'indice Stoxx600 du secteur en Europe reculant de 0,96%.

Les valeurs cycliques industrielles étaient aussi particulièrement délaissées, à l'instar du compartiment automobile (-2,08%) et du secteur des ressources de base (-2,38%). Ce dernier est plombé par la chute des cours de l'acier, à leur plus bas depuis fin 2009, et par une note d'un broker ayant dégradé le secteur sidérurgique aux Etats-Unis.

Au-delà de la crise en zone euro, les espoirs d'une action des banques centrales en septembre pour soutenir l'économie, qui ont porté le rally boursier estival, s'amenuisent désormais.

Plusieurs déclarations contradictoires de responsables au sein de la Fed ont alimenté les doutes sur un nouveau tour d'assouplissement quantitatif (QE3) que pourrait décider la banque centrale lors de sa prochaine réunion de politique monétaire les 12 et 13 septembre. et

"Nous nous attendons à ce que les investisseurs s'abstiennent de prendre des positions sur les actifs risqués comme les actions et l'euro jusqu'à ce nous ayons plus d'éclaircissement de la part de la Fed la semaine prochaine", a observé Ishaq Siddiqi, analyste marché chez ETX Capital, évoquant la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole où le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke doit prononcer un discours très attendu.

Les investisseurs veulent aussi savoir si la banque centrale chinoise va réagir aux derniers indicateurs jugés décevants et si la Banque centrale européenne (BCE) va procéder à des rachats de dettes souveraines qui permettraient de faire baisser les coûts d'emprunt des pays en difficulté comme l'Espagne et l'Italie.

Dans l'attente,le rendement des obligations espagnoles à 10 ans repartait à la hausse après être tombé de plus de 7% début août à 6,2% en début de semaine.

Sur le marché des changes, l'euro reculait face au billet vert, mais évoluait toujours non loin d'un plus haut de sept semaines à plus de 1,25 dollar.

De son côté, le baril de Brent évoluait en baisse, sous les 115 dollars, des signes de ralentissement de la croissance mondiale relançant les inquiétudes sur les perspectives de demande en pétrole.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant