Les Bourses européennes en recul à l'ouverture

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA BAISSE DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
LES BOURSES EUROPÉENNES ORIENTÉES À LA BAISSE DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, sous le coup d'un mouvement de prises de bénéfices après une série de quatre séances de hausses consécutives et d'inquiétudes de ce qui pourrait ressortir d'une réunion des ministres des Finances européens organisée ce vendredi et samedi à Dublin.

Vers 9h25, le CAC 40 cédait 0,36% (-13,71 points) à 3.761,95 à Paris. À Francfort, le Dax perdait 0,63% et à Londres, le FTSE reculait de 0,37%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,68%.

Les suites du sauvetage de Chypre sont à l'ordre du jour de la réunion des ministres des Finances, qui leur donnera aussi l'occasion de débattre des réticences croissantes de l'Allemagne à engager l'union bancaire.

Le cas chypriote est revenu sur le devant de la scène à la suite de documents -dont Reuters et plusieurs autres médias ont eu connaissance mercredi- montrant que le montant total du sauvetage pourrait atteindre 23 milliards d'euros, soit six milliards de plus qu'évoqué initialement, un surcoût dont l'Etat chypriote devrait assumer seul la charge.

Luc Frieden, ministre des Finances Luxembourgeois, a déclaré que l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) n'augmenteraient pas leur contribution, de 10 milliards d'euros, au sauvetage de Chypre.

De son côté, Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a déclaré que la Slovénie n'était pas à l'ordre du jour de la réunion des ministres des Finances de la zone euro.

"(La facture alourdie du sauvetage chypriote) pourrait être un problème car Chypre va devoir trouver par elle-même les six milliards d'euros supplémentaires sous forme de réductions des dépenses, d'augmentation des impôts, voire d'un 'haircut' plus élevé sur les déposants (...)", a déclaré Michael Hewson, analyste de marché chez CMC Markets.

Alors que Wall Street a inscrit de nouveaux records jeudi, la Bourse de Tokyo, également sous le coup de prises de bénéfices après un bond de quelque 9% depuis les annonces de la Banque du Japon, a clôturé en repli de 0,47%.

Dans ce contexte de repli des Bourses européennes et de nouvelles et sourdes craintes au sujet de la crise de la dette de la zone euro, l'euro accuse un léger repli face au dollar et les contrats sur Bunds allemands s'inscrivent en hausse.

Le dollar, qui a pris quelque 7% face au yen depuis que la Banque du Japon a annoncé le 4 avril un assouplissement monétaire radical, est en léger repli dans les premiers échanges vendredi, mais reste tout près de la barre des 100 yens, évoluant ainsi à un pic depuis avril 2009.

Le cours du Brent reste tant bien que mal au-dessus des 104 dollars, non loin d'un creux de huit mois touché en raison d'inquiétudes sur l'état de la demande mondiale après que l'Agence internationale de l'énergie a réduit ses prévisions de demande de brut cette année.

Le brut léger américain était en légère baisse, vraisemblablement toujours plombé par le fait que les stocks américains de brut sont à leur plus haut niveau depuis 1990, un autre signal négatif pour la demande.

Du côté des valeurs, Telecom Italia gagnait encore 4,24% après que l'entreprise a annoncé dans la journée de jeudi qu'elle étudiait à la fois un rapprochement avec Hutchison Whampoa et une scission de son réseau de téléphonie fixe.

L'action JCDecaux (+7,56%) affichait la plus forte hausse de l'indice Euro Stoxx 600 après que BNP Paribas a relevé sa recommandation de sous-performance à surperformance sur la valeur.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant