Les Bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES SANS TENDANCE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES SANS TENDANCE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance, partagées entre l'élan donné par Wall Street et les marchés asiatiques d'une part, et la tentation de prises de bénéfice après deux jours de rebond d'autre part.

L'heure est d'ailleurs à la stabilisation sur la plupart des marchés, soulagés ces derniers jours sur les perspectives d'évolution des politiques monétaires aux Etats-Unis, en Chine et dans la zone euro.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonnait 0,2% et l'EuroStoxx 50 0,3% vers 10h50 GMT. À Paris, le CAC 40 cédait 0,11% à 3.721,77 points. À Francfort, le Dax était pratiquement inchangé et à Londres, le FTSE gagnait 0,2%, soutenu entre autres par les valeurs minières.

À l'échelle du marché européen, si les valeurs défensives restent orientées à la hausse, le secteur de la chimie recule après la révision à la baisse des recommandations de JPMorgan sur plusieurs poids lourds européens. L'indice sectoriel Stoxx cède 0,8, BASF 3,1% et Solvay 4,2%.

Le secteur bancaire recule lui aussi, de 1,3%. Les banques ont accueilli avec prudence l'accord conclu dans la nuit par les ministres des Finances de l'Unione européenne sur les modalités de renflouement des banques en difficulté.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse.

Sur le marché obligataire, la pause observée mercredi dans l'envolée des rendements américains (autour de 2,4% pour le dix ans) semble favoriser un léger rebond des emprunts européens. Mais le contexte des dernières semaines a visiblement pesé sur l'adjudication de dette italienne du jour: si le Trésor a atteint son objectif en empruntant cinq milliards d'euros, les rendements servis à cinq et dix ans s'affichent au plus haut depuis février.

L'euro, pénalisé ces derniers jours par les déclarations de responsables de la BCE sur le maintien durable d'une politique monétaire accommodante, est en légère hausse, juste au-dessus de 1,30 dollar.

La détente générale favorise aussi la poursuite de la remontée des cours du pétrole: le Brent, en hausse pour la quatrième séance d'affilée, a refranchi la barre des 102 dollars le baril.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant