Les Bourses européennes en ordre dispersé à la mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS EN ORDRE DISPERSÉ À LA MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS EN ORDRE DISPERSÉ À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance lundi, tiraillées entre une hausse des valeurs liées aux matières premières et une baisse du secteur bancaire, tandis que Wall Street est attendue en légère hausse à l'ouverture.

À Paris, le CAC 40 abandonne 23,42 points ou 0,53% à 4.416,39 après avoir cédé ses gains initiaux. Le FTSE-100 laisse 0,06% à Londres mais le Dax allemand gagne 0,18% et le SMI suisse 0,40%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,44% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,54%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en petite progression de 0,1% à ce stade.

Les ressources de base affichent la meilleure performance des indices sectoriels européens, dans le sillage des cours du cuivre qui ont atteint un plus haut d'une semaine après la publication d'un indice PMI manufacturier meilleur que prévu en Chine. Anglo American gagne ainsi 3,6% et BHP Billiton 2,74%.

A la baisse, le secteur bancaire perd 1,8% alors que les investisseurs digérant les résultats annoncés vendredi soir des tests de résistance du secteur menés par l'Autorité bancaire européenne (ABE).

UniCredit (-7,4%), Bank of Ireland (-4,9%) et Société générale (-4,5%) accusent les trois plus fortes baisses du FTSEurofirst 300, devant BBVA, ABN Amro et Commerzbank qui lâchent plus de 3%.

Monte dei Paschi, en hausse de 4,6% bien que bonne dernière des stress tests, conserve une partie de ses gains du début de séance après avoir dévoilé vendredi soir un plan de sauvetage à financement privé qui doit lui permettre d'échapper à une liquidation.

Ailleurs en Europe, Legrand s'adjuge 4,5%, la meilleure performance du FTSEurofirst 300, après la publication de résultats meilleurs que prévu alors que Heineken (-2,4%) est sanctionné après les siens.

Sur le marché suisse, le chimiste Sika bondit de 4,5%, à un nouveau record, en réaction à des commentaires positifs de HSBC qui a relevé son objectif de cours de 11% et confirmé sa recommandation "achat".

Le dollar, stable autour de 1,1170 pour un euro et 102,20 yens, panse ses plaies après ses pertes de la semaine dernière consécutives au communiqué prudent de la Réserve fédérale sur sa politique monétaire et à des indicateurs américains inférieurs aux attentes, notamment la croissance qui a été estimée à seulement 1,2% en rythme annualisé au deuxième trimestre.

L'indice dollar, qui mesure le niveau du billet vert face à un panier de devises, regagne timidement 0,2% après un recul de 2% sur l'ensemble de la semaine dernière, sa plus mauvaise performance hebdomadaire en trois mois.

Le pétrole en revanche repart à la baisse avec un recul de plus de 1%, dans un marché toujours préoccupé par le déséquilibre entre l'offre et la demande.

(avec Danilo Masoni à Milan, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant